Élection de l’Union nationale de Daniel Johnson à l’Assemblée législative du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’élection de l’Union nationale (UN) constitue une victoire étonnante pour le chef Daniel Johnson, défait quatre ans auparavant par le libéral Jean Lesage. Ce triomphe met aussi en évidence les disparités de la carte électorale puisque avec 40,8% des voix, l’UN a fait élire six députés de plus que le Parti libéral qui a pourtant rallié 47,3% des électeurs. Fait à noter, l’apparition de deux formations politiques indépendantistes qui briguent les suffrages pour la première fois. Il s’agit du Ralliement national et du Rassemblement pour l’indépendance nationale qui récoltent respectivement 3,2% et 5,6% des votes.L’élection de l’Union nationale (UN) constitue une victoire étonnante pour le chef Daniel Johnson, défait quatre ans auparavant par le libéral Jean Lesage. Ce triomphe met aussi en évidence les disparités de la carte électorale puisque avec 40,8% des voix, l’UN a fait élire six députés de plus que le Parti libéral qui a pourtant rallié 47,3% des électeurs. Fait à noter, l’apparition de deux formations politiques indépendantistes qui briguent les suffrages pour la première fois. Il s’agit du Ralliement national et du Rassemblement pour l’indépendance nationale qui récoltent respectivement 3,2% et 5,6% des votes. Source : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1987, p.649-653. L’Encyclopédie du Canada, Montréal, Stanké, 2000, p. 1320-1321 et 2546.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...