Élection de l’écrivain Dany Laferrière à l’Académie française

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Un natif de Port-au-Prince, en Haïti, Windsor Kléber « Dany » Laferrière fuit le régime de Jean-Claude Duvalier et arrive au Québec au milieu des années 1970. Il tâte de plusieurs métiers et écrit un premier roman, « Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer », publié en 1985. Il fera plus tard l’objet d’une adaptation cinématographique. Au fil des ans, Laferrière écrit une vingtaine de livres qui sont récompensés par plusieurs prix, notamment « L’énigme du retour », en 2009, auquel on décerne le Médicis et le Grand Prix du livre de Montréal. Le 12 décembre 2013, il devient le premier Québécois et le premier Haïtien élu à l’Académie française. À 60 ans, il sera aussi le cadet des « Immortels ». Cette institution, qui ne compte que 40 membres, a pour mission de surveiller l’état de la langue française, notamment en travaillant « avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences »(article 24 des statuts). Reflet de la longue histoire de l’Académie française, Laferrière occupera le siège 2, qui a déjà été celui de Montesquieu, d’Alexandre Dumas fils et d’Hector Bianciotti, à qui il succède. Avec 13 voix sur 23 dès le premier tour de l’élection, il devance facilement les quatre autres candidats en lice. Un natif de Port-au-Prince, en Haïti, Windsor Kléber « Dany » Laferrière fuit le régime de Jean-Claude Duvalier et arrive au Québec au milieu des années 1970. Il tâte de plusieurs métiers et écrit un premier roman, « Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer », publié en 1985. Il fera plus tard l’objet d’une adaptation cinématographique. Au fil des ans, Laferrière écrit une vingtaine de livres qui sont récompensés par plusieurs prix, notamment « L’énigme du retour », en 2009, auquel on décerne le Médicis et le Grand Prix du livre de Montréal. Le 12 décembre 2013, il devient le premier Québécois et le premier Haïtien élu à l’Académie française. À 60 ans, il sera aussi le cadet des « Immortels ». Cette institution, qui ne compte que 40 membres, a pour mission de surveiller l’état de la langue française, notamment en travaillant « avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences »(article 24 des statuts). Reflet de la longue histoire de l’Académie française, Laferrière occupera le siège 2, qui a déjà été celui de Montesquieu, d’Alexandre Dumas fils et d’Hector Bianciotti, à qui il succède. Avec 13 voix sur 23 dès le premier tour de l’élection, il devance facilement les quatre autres candidats en lice. Source : http://www.ledevoir.com/culture/livres/395020/dany-laferriere-est-nomme-a-l-academie-francaise  ;
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2013/12/12/004-dany-laferriere-academie-francaise.shtml  ;
http://www.academie-francaise.fr/linstitution/les-missions

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...