Élection des libéraux de Robert Bourassa à l’Assemblée nationale du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le partage des votes entre quatre formations (Parti libéral, Union nationale, Ralliement créditiste, Parti québécois) permet aux libéraux de faire élire 72 députés avec 45,4% des voix. Quatre ans auparavant, la Parti libéral n’avait fait élire que 50 députés malgré le support de 47,2% des électeurs. Le verdict de la population est particulièrement dur pour l’Union nationale (UN). Après quatre années au gouvernement, le parti de Jean-Jacques Bertrand
ne reçoit en effet l’appui que de 19,6% des électeurs, une baisse spectaculaire par rapport aux 40,8% obtenus en 1966. La présence de deux partis qui en sont à leur première participation aux élections provinciales, le Ralliement créditiste (RC) et le Parti québécois (PQ), est en partie responsable de cette baisse de popularité de l’UN. Le RC de Camil Samson fait élire 12 députés avec 11,2% du vote alors que le PQ de René Lévesque, qui ne réussit à faire élire que sept députés, termine deuxième au niveau du nombre d’électeurs avec 23,1% des voix. Cette victoire libérale fait de Robert Bourassa, un économiste de 36 ans, le plus jeune premier ministre de l’histoire du Québec.Le partage des votes entre quatre formations (Parti libéral, Union nationale, Ralliement créditiste, Parti québécois) permet aux libéraux de faire élire 72 députés avec 45,4% des voix. Quatre ans auparavant, la Parti libéral n’avait fait élire que 50 députés malgré le support de 47,2% des électeurs. Le verdict de la population est particulièrement dur pour l’Union nationale (UN). Après quatre années au gouvernement, le parti de Jean-Jacques Bertrand
ne reçoit en effet l’appui que de 19,6% des électeurs, une baisse spectaculaire par rapport aux 40,8% obtenus en 1966. La présence de deux partis qui en sont à leur première participation aux élections provinciales, le Ralliement créditiste (RC) et le Parti québécois (PQ), est en partie responsable de cette baisse de popularité de l’UN. Le RC de Camil Samson fait élire 12 députés avec 11,2% du vote alors que le PQ de René Lévesque, qui ne réussit à faire élire que sept députés, termine deuxième au niveau du nombre d’électeurs avec 23,1% des voix. Cette victoire libérale fait de Robert Bourassa, un économiste de 36 ans, le plus jeune premier ministre de l’histoire du Québec. Source : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1987, p.648-655. Bibliothèque de la Législature, Répertoire des parlementaires québécois, 1867-1978, Québec, 1980, 797 pages.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...