Élection du candidat conservateur Camillien Houde à l’Assemblée législative

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

« Oui la bête est morte (en parlant du Parti libéral) », clame Camillien Houde qui est maire de Montréal depuis le 2 avril 1928. Apprenant qu’il était élu par une majorité substantielle d’environ 775 voix, celui-ci n’a pu cacher sa joie aux milliers d’électeurs enthousiastes massés en face de son comité central, rue Papineau. Houde, qui a été député de Sainte-Marie de 1923 à 1927, avait subi la défaite lors de l’élection générale de 1927. Le chef du Parti conservateur du Québec, Arthur Sauvé, commente cette victoire en déclarant : « L’élection de Sainte-Marie a donné à l’hon. M. Taschereau (le premier ministre libéral Louis-Alexandre Taschereau) la réponse qu’il s’était méritée depuis longtemps. » Le vote est ponctué de nombreuses irrégularités qui sont à l’origine d’interventions policières. Parallèlement à cette élection, une autre partielle, cette fois dans Québec-Est, se solde à l’avantage des Libéraux. En juillet 1929, Houde succédera à Arthur Sauvé à la tête des Conservateurs. « Oui la bête est morte (en parlant du Parti libéral) », clame Camillien Houde qui est maire de Montréal depuis le 2 avril 1928. Apprenant qu’il était élu par une majorité substantielle d’environ 775 voix, celui-ci n’a pu cacher sa joie aux milliers d’électeurs enthousiastes massés en face de son comité central, rue Papineau. Houde, qui a été député de Sainte-Marie de 1923 à 1927, avait subi la défaite lors de l’élection générale de 1927. Le chef du Parti conservateur du Québec, Arthur Sauvé, commente cette victoire en déclarant : « L’élection de Sainte-Marie a donné à l’hon. M. Taschereau (le premier ministre libéral Louis-Alexandre Taschereau) la réponse qu’il s’était méritée depuis longtemps. » Le vote est ponctué de nombreuses irrégularités qui sont à l’origine d’interventions policières. Parallèlement à cette élection, une autre partielle, cette fois dans Québec-Est, se solde à l’avantage des Libéraux. En juillet 1929, Houde succédera à Arthur Sauvé à la tête des Conservateurs. Source : Le Devoir, 25 octobre 1928, p.10. http://www.assnat.qc.ca/fra/patrimoine/chronologie/chrono2.html

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...