Élection du pape François (Jorge Mario Bergoglio)

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le cardinal Marc Ouellet est bien connu au Québec. Entré à la Curie romaine en 2001, ce natif de La Motte, en Abitibi, accède au poste d’archevêque de Québec en janvier 2003, avant d’être nommé cardinal quelques mois plus tard. Son conservatisme, notamment en matière d’avortement, d’homosexualité et d’enseignement de la religion dans les écoles, est en évidence lors d’interventions publiques qui suscitent la polémique. En juin 2010, il quitte l’archevêché de Québec pour Rome où il dirige la Congrégation pour les évêques et la Commission pontificale pour l’Amérique latine. Ces postes confirment et consolident son influence au Vatican. De fait, lorsque Benoît XVI annonce le 11 février 2013 qu’il quitte ses fonctions - le premier pape à poser ce geste depuis le XVe siècle - , le nom du cardinal Ouellet est évoqué dans la presse internationale - La Stampa, National Catholic Reporter, The Guardian, etc. - parmi ceux qui peuvent lui succéder. Jamais un Québécois n’a été aussi près d’accéder à la papauté, une situation qui suscite plusieurs réactions dans sa province natale. D’une part, plusieurs se réjouissent de voir l’un des leurs pressenti pour accéder à ce poste prestigieux. De l’autre, des inquiétudes sont exprimées pour ses positions conservatrices, les Québécois semblant favorables à l’adoption de réformes dans l’Église, particulièrement en ce qui a trait au rôle des femmes. Lorsque le conclave se met en branle, le 12 mars, des médias de tous les pays du monde spéculent sur les chances du cardinal Ouellet et s’intéressent de plus près à ses positions. Des journalistes et des curieux se déplacent même à La Motte qui devient un point focal en attendant le dénouement du conclave. L’élection de l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, qui prend le nom de François, met fin au suspense le 13 mars. Cependant, Marc Ouellet demeurera vraisemblablement un personnage influent dans l’entourage du nouveau pape. Selon une rumeur persistante, il pourrait même accéder au poste stratégique de secrétaire d’État.Le cardinal Marc Ouellet est bien connu au Québec. Entré à la Curie romaine en 2001, ce natif de La Motte, en Abitibi, accède au poste d’archevêque de Québec en janvier 2003, avant d’être nommé cardinal quelques mois plus tard. Son conservatisme, notamment en matière d’avortement, d’homosexualité et d’enseignement de la religion dans les écoles, est en évidence lors d’interventions publiques qui suscitent la polémique. En juin 2010, il quitte l’archevêché de Québec pour Rome où il dirige la Congrégation pour les évêques et la Commission pontificale pour l’Amérique latine. Ces postes confirment et consolident son influence au Vatican. De fait, lorsque Benoît XVI annonce le 11 février 2013 qu’il quitte ses fonctions - le premier pape à poser ce geste depuis le XVe siècle - , le nom du cardinal Ouellet est évoqué dans la presse internationale - La Stampa, National Catholic Reporter, The Guardian, etc. - parmi ceux qui peuvent lui succéder. Jamais un Québécois n’a été aussi près d’accéder à la papauté, une situation qui suscite plusieurs réactions dans sa province natale. D’une part, plusieurs se réjouissent de voir l’un des leurs pressenti pour accéder à ce poste prestigieux. De l’autre, des inquiétudes sont exprimées pour ses positions conservatrices, les Québécois semblant favorables à l’adoption de réformes dans l’Église, particulièrement en ce qui a trait au rôle des femmes. Lorsque le conclave se met en branle, le 12 mars, des médias de tous les pays du monde spéculent sur les chances du cardinal Ouellet et s’intéressent de plus près à ses positions. Des journalistes et des curieux se déplacent même à La Motte qui devient un point focal en attendant le dénouement du conclave. L’élection de l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, qui prend le nom de François, met fin au suspense le 13 mars. Cependant, Marc Ouellet demeurera vraisemblablement un personnage influent dans l’entourage du nouveau pape. Selon une rumeur persistante, il pourrait même accéder au poste stratégique de secrétaire d’État. Source : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/02/11/003-vatican-succession-marc-ouellet.shtml  ;
http://quebec.huffingtonpost.ca/philippe-vaillancourt/marc-ouellet-heritage-quebecois-d-un-papabile_b_2668570.html  ;
http://www.lapresse.ca/international/europe/201302/12/01-4620670-marc-ouellet-et-cinq-autres-papabili.php  ;
http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/370709/le-depart-de-benoit-xvi-laisse-la-porte-ouverte-au-cardinal-marc-ouellet

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...