Élimination du Canadien de Montréal en demi-finale par les Black Hawks de Chicago

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le Canadien connaît encore du succès en saison régulière en terminant au premier rang du classement de la Ligue nationale de hockey (LNH). En demi-finale, il se heurte toutefois aux Black Hawks de Chicago. Un des points tournants de la série survient lors de la troisième rencontre, disputée à Chicago, que les Hawks remportent 2 à 1 sur le but de Murray Balfour réalisé après 52 minutes et 12 secondes de temps supplémentaire. Rendu furieux par le rendement inégal de l’arbitre Dalton MacArthur, l’entraîneur Hector « Toe » Blake lui assène un coup de poing qui lui méritera une amende de 2 000 $, un sommet à cette époque. Lors de la sixième et dernière partie de la série, les Hawks remportent une victoire de 3 à 0 devant leurs partisans. Récipiendaire du trophée Hart (joueur le plus utile) et du trophée Art Ross (meilleur marqueur du circuit), l’ailier Bernard Geoffrion ne peut se faire justice lors de cette partie. Blessé au genou plus tôt dans la série, Geoffrion avait reçu la veille du sixième match l’aide de son coéquipier Doug Harvey pour retirer le plâtre qui le protégeait. La victoire des Black Hawks, qui gagneront la coupe Stanley quelques jours plus tard, comble leurs partisans et leur entraîneur Rudy Pilous qui déclare ne pouvoir « tout simplement le croire ». Pour sa part, le centre Jean Béliveau reconnaît : « Nous ne sommes pas habitués à perdre et je vous assure que c’est difficile à avaler. » Le Canadien de Montréal sera évincé de la finale de la coupe Stanley jusqu’en 1965. Le Canadien connaît encore du succès en saison régulière en terminant au premier rang du classement de la Ligue nationale de hockey (LNH). En demi-finale, il se heurte toutefois aux Black Hawks de Chicago. Un des points tournants de la série survient lors de la troisième rencontre, disputée à Chicago, que les Hawks remportent 2 à 1 sur le but de Murray Balfour réalisé après 52 minutes et 12 secondes de temps supplémentaire. Rendu furieux par le rendement inégal de l’arbitre Dalton MacArthur, l’entraîneur Hector « Toe » Blake lui assène un coup de poing qui lui méritera une amende de 2 000 $, un sommet à cette époque. Lors de la sixième et dernière partie de la série, les Hawks remportent une victoire de 3 à 0 devant leurs partisans. Récipiendaire du trophée Hart (joueur le plus utile) et du trophée Art Ross (meilleur marqueur du circuit), l’ailier Bernard Geoffrion ne peut se faire justice lors de cette partie. Blessé au genou plus tôt dans la série, Geoffrion avait reçu la veille du sixième match l’aide de son coéquipier Doug Harvey pour retirer le plâtre qui le protégeait. La victoire des Black Hawks, qui gagneront la coupe Stanley quelques jours plus tard, comble leurs partisans et leur entraîneur Rudy Pilous qui déclare ne pouvoir « tout simplement le croire ». Pour sa part, le centre Jean Béliveau reconnaît : « Nous ne sommes pas habitués à perdre et je vous assure que c’est difficile à avaler. » Le Canadien de Montréal sera évincé de la finale de la coupe Stanley jusqu’en 1965. Source : La Presse, 5 avril 1961, p.1, 44-45.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...