Élimination du Canadien de Montréal en finale de la coupe Stanley

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Malgré la perte de Richard, conséquence d’incidents survenus lors d’une des dernières parties de la saison régulière, le Canadien fait la vie dure aux champions en titre. En 1954, la série finale s’était terminée à la suite du but de Tony Leswick, marqué en temps supplémentaire. Cette fois, les Red Wings, menés par Gordie Howe, le meilleur pointeur des éliminatoires, obtiennent une victoire plus facile en venant à bout des Montréalais par la marque de 3 à 1. Fait à souligner, les sept parties de cette série finale ont été remportées par l’équipe qui joue devant ses partisans. Identifiant la suspension de Richard comme un des points tournants de la saison, l’entraîneur du Canadien, Dick Irvin, met aussi en évidence le brio du gardien de but Terry Sawchuk pour expliquer la défaite des siens : « Le Détroit a profité d’un travail plus efficace que nous dans les buts et ce fut probablement l’élément qui fit osciller l’aiguille de la balance du côté des Red Wings. » Quelques mois plus tard, Irvin sera congédié. C’est Hector « Toe » Blake qui le remplacera à la barre de l’équipe. Malgré la perte de Richard, conséquence d’incidents survenus lors d’une des dernières parties de la saison régulière, le Canadien fait la vie dure aux champions en titre. En 1954, la série finale s’était terminée à la suite du but de Tony Leswick, marqué en temps supplémentaire. Cette fois, les Red Wings, menés par Gordie Howe, le meilleur pointeur des éliminatoires, obtiennent une victoire plus facile en venant à bout des Montréalais par la marque de 3 à 1. Fait à souligner, les sept parties de cette série finale ont été remportées par l’équipe qui joue devant ses partisans. Identifiant la suspension de Richard comme un des points tournants de la saison, l’entraîneur du Canadien, Dick Irvin, met aussi en évidence le brio du gardien de but Terry Sawchuk pour expliquer la défaite des siens : « Le Détroit a profité d’un travail plus efficace que nous dans les buts et ce fut probablement l’élément qui fit osciller l’aiguille de la balance du côté des Red Wings. » Quelques mois plus tard, Irvin sera congédié. C’est Hector « Toe » Blake qui le remplacera à la barre de l’équipe. Source : La Presse, 15 avril 1955, p.28-29, 33.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...