Entrée en vigueur de la Loi 60 créant un ministère et un Conseil supérieur de l’Education

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La création de ce ministère, un an après le dépôt du premier tome du rapport de la Commission Parent sur l’éducation, signifie la fin du Département de l’Instruction publique (DIP) et l’abolition du poste de surintendant que détenait O.-J. Désaulnier. La Loi 60 prévoit également la création d’un organe consultatif : le Conseil supérieur de l’Éducation. Dans la foulée de ces réformes, le ministre Gérin-Lajoie lancera « l’opération 55 » en septembre 1964. Elle consiste en un regroupement qui mènera à la création de 55 commissions scolaires catholiques et neuf protestantes. Pour Paul Gérin-Lajoie : « Le ministère de l’Éducation sera l’instrument de base de ce que j’appelle la nouvelle vocation de progrès et de création. » La création de ce ministère, un an après le dépôt du premier tome du rapport de la Commission Parent sur l’éducation, signifie la fin du Département de l’Instruction publique (DIP) et l’abolition du poste de surintendant que détenait O.-J. Désaulnier. La Loi 60 prévoit également la création d’un organe consultatif : le Conseil supérieur de l’Éducation. Dans la foulée de ces réformes, le ministre Gérin-Lajoie lancera « l’opération 55 » en septembre 1964. Elle consiste en un regroupement qui mènera à la création de 55 commissions scolaires catholiques et neuf protestantes. Pour Paul Gérin-Lajoie : « Le ministère de l’Éducation sera l’instrument de base de ce que j’appelle la nouvelle vocation de progrès et de création. » Source : Le Devoir, 14 mai 1964, p.1. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.598-610. Susan Mann Trofimenkoff, Vision nationales : une histoire du Québec, Saint-Laurent, Trécarré, 1986, p.400-422.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...