Évasion spectaculaire dans les rues de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Un des prisonniers est vite repris alors que deux autres, Richard Blass et Denis Thouin, sont cernés par les policiers dans une maison de la rue Fabre. Des coups de feu sont échangés et des gaz lacrymogènes utilisés avant que Blass et Thouin ne se rendent. Deux autres de leurs complices seront repris au cours de la journée. Les circonstances entourant cette évasion semblent particulièrement suspectes aux yeux des autorités. Le ministre de la Justice, Rémi Paul, évoque même la possibilité que les détenus aient bénéficié d’une aide à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Un des prisonniers est vite repris alors que deux autres, Richard Blass et Denis Thouin, sont cernés par les policiers dans une maison de la rue Fabre. Des coups de feu sont échangés et des gaz lacrymogènes utilisés avant que Blass et Thouin ne se rendent. Deux autres de leurs complices seront repris au cours de la journée. Les circonstances entourant cette évasion semblent particulièrement suspectes aux yeux des autorités. Le ministre de la Justice, Rémi Paul, évoque même la possibilité que les détenus aient bénéficié d’une aide à l’intérieur et à l’extérieur de la prison. Source : La Presse, 17 octobre 1969, p.1, 8 et 15 ; 18 octobre 1969, p.1 et 2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...