Évasion spectaculaire de la prison d’Orsainville

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Liés aux Hells Angels, une importante organisation criminelle, Yves Denis, Denis Lefebvre et Serge Pomerleau ont été arrêtés en 2010 dans le cadre de l’opération Écrevisse qui avait mené au démantèlement d’un réseau de stupéfiants en Abitibi-Témiscamingue. Le 7 juin 2014, ils s’évadent de l’Établissement de détention de Québec à bord d’un hélicoptère qui les avait cueillis dans la cour avant de s’envoler en direction ouest. La nouvelle fait sensation. D’autant plus que, 15 mois auparavant, une évasion semblable, avec un hélicoptère, avait été effectuée au Centre de détention de Saint-Jérôme avant que les policiers ne retracent les fuyards. De nombreuses questions sont posées à la suite de l’évasion d’Orsainville. Les journalistes s’interrogent notamment sur la baisse récente de la cote de sécurité des trois prisonniers concernés ainsi que sur les mesures de prévention adoptées par les prisons contre ce genre de tentative aérienne. Certaines réponses de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, ainsi que sa gestion de la situation placent celle-ci sur la sellette. Son critique de l’opposition péquiste, Pascal Bérubé, demande même sa démission. La chasse aux prisonniers se termine le 22 juin. Ceux-ci sont arrêtés ensemble dans un logement de la rue Saint-André, dans le vieux Montréal. L’opération, qui a lieu la nuit, se serait déroulée sans heurts. Une enquête sera toutefois effectuée afin de clarifier certains aspects de cet épisode mouvementé. Liés aux Hells Angels, une importante organisation criminelle, Yves Denis, Denis Lefebvre et Serge Pomerleau ont été arrêtés en 2010 dans le cadre de l’opération Écrevisse qui avait mené au démantèlement d’un réseau de stupéfiants en Abitibi-Témiscamingue. Le 7 juin 2014, ils s’évadent de l’Établissement de détention de Québec à bord d’un hélicoptère qui les avait cueillis dans la cour avant de s’envoler en direction ouest. La nouvelle fait sensation. D’autant plus que, 15 mois auparavant, une évasion semblable, avec un hélicoptère, avait été effectuée au Centre de détention de Saint-Jérôme avant que les policiers ne retracent les fuyards. De nombreuses questions sont posées à la suite de l’évasion d’Orsainville. Les journalistes s’interrogent notamment sur la baisse récente de la cote de sécurité des trois prisonniers concernés ainsi que sur les mesures de prévention adoptées par les prisons contre ce genre de tentative aérienne. Certaines réponses de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, ainsi que sa gestion de la situation placent celle-ci sur la sellette. Son critique de l’opposition péquiste, Pascal Bérubé, demande même sa démission. La chasse aux prisonniers se termine le 22 juin. Ceux-ci sont arrêtés ensemble dans un logement de la rue Saint-André, dans le vieux Montréal. L’opération, qui a lieu la nuit, se serait déroulée sans heurts. Une enquête sera toutefois effectuée afin de clarifier certains aspects de cet épisode mouvementé. Source : http://www.ledevoir.com/societe/justice/411709/les-trois-evades-d-orsainville-sont-captures-a-montreal  ;
http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/201406/08/01-4773963-evasion-a-orsainville-les-trois-individus-courent-toujours.php  ;
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2014/06/22/001-evasion-helicoptere-centre-detention-quebec-arrestation.shtml

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...