Exclusion de suspects communistes du Congrès des métiers et du travail de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Alors que s’apprête à débuter le congrès du CMTM, une vingtaine de personnes sont placées sur une liste noire provisoire. Il est dans les pouvoirs du congrès de refuser des représentants communistes ou de demander que ces délégués se fassent représenter au congrès par des substituts. Les membres du comité déclarent à ce sujet : « Nous ne permettrons pas que ce congrès soit le porte-parole des communistes ; nous ne laisserons pas les communistes prendre part aux délibérations ». Parmi les noms des personnes exclues du congrès, notons entre autres, Kent Rowley, directeur canadien des Ouvriers unis du textile d’Amérique, Madeleine Parent, Charles Lipton, Helen Halter et G. Andrew Cotter.Alors que s’apprête à débuter le congrès du CMTM, une vingtaine de personnes sont placées sur une liste noire provisoire. Il est dans les pouvoirs du congrès de refuser des représentants communistes ou de demander que ces délégués se fassent représenter au congrès par des substituts. Les membres du comité déclarent à ce sujet : « Nous ne permettrons pas que ce congrès soit le porte-parole des communistes ; nous ne laisserons pas les communistes prendre part aux délibérations ». Parmi les noms des personnes exclues du congrès, notons entre autres, Kent Rowley, directeur canadien des Ouvriers unis du textile d’Amérique, Madeleine Parent, Charles Lipton, Helen Halter et G. Andrew Cotter. Source : Le Devoir, 11 septembre 1950, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...