Expo 67 au jour le jour : du 1er au 31 mai

, par Archives de Montréal

Entete

Une collaboration spéciale d’Yves Jasmin, directeur de l’Information, de la Publicité et des Relations publiques d’Expo 67 de mars 1964 à janvier 1968.

Projet de réédition initialement commandé à M. Jasmin par M. Michel Dumas, président de la Fondation Expo 67 de 2010 à 2015, sous la direction soutenue de M. Luc Beauchemin, designer et chercheur en patrimoine moderne. Complété avec la précieuse contribution de Mme Huguette Dussault, professeur d’histoire, pour la révision des textes français, et celle de Mme Diana Thébaud-Nicholson, consultante en communications, pour la révision anglaise.

Jour 004 
Lundi 1er mai 1967
Météo : temps clair 59 °F (15 °C) − 74 °F (23,3 °C)
128 599 visiteurs

Est-ce que ce sera une journée typique de l’Expo ? L’Empereur Haïlé Sélassié 1er d’Éthiopie arrive pour préparer sa participation aux cérémonies marquant la journée de demain, consacrée à l’Éthiopie ; le commissaire général Dupuy visite la Place d’Afrique et ses nombreux pavillons ; monsieur Paul-Henri Spaak, distingué homme d’État belge, inaugure la série de conférences Noranda à l’auditorium Du Pont par un discours sur La recherche de la paix dans le monde. Son Éminence le cardinal Paul-Émile Léger accueille vingt-deux évêques d’Asie et d’Afrique et les amène visiter l’Expo et le pavillon chrétien ; des directeurs de la commission américaine du tourisme en Scandinavie prévoient que 40 000 Scandinaves viendront à l’Expo ; Kenneth Gilbert donne un récital d’orgue au pavillon du Canada ; le pavillon de l’Hospitalité et du Gaz Naturel offre le premier d’une série de spectacles, à l’affiche pendant une semaine, Cent ans de modes et de chansons, commandité par la maison de haute couture Holt Renfrew.

Place d'Afrique. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P108

Place d’Afrique. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P108

Une archéologue norvégienne, Helge Ingstad, rencontre la presse. C’est elle qui a découvert les vestiges d’une colonie de Vikings en Amérique du Nord.

Visite du maire de Lausanne, Georges-André Chevallez. - 1er mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X005-015

Visite du maire de Lausanne, Georges-André Chevallez. – 1er mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X005-015

Le maire de Lausanne, monsieur Georges-André Chevallez est le premier maire étranger à être hôte d’honneur de Montréal dans le cadre de l’Expo, une reconnaissance de l’Expo 67 à la contribution de l’Exposition nationale suisse, tenue à Lausanne en 1964.

Vingt-deux des sculptures canadiennes commanditées par l’Expo 67 iront enrichir la collection The House of Seagram après l’Expo.

Aujourd’hui arrivent de Moscou le vice-président de l’URSS, monsieur Alexei Murisep, la troupe Laine de danseurs et de chanteurs d’Estonie, la basse-baryton Tiyto Kuusik et le champion d’échecs Paul Kered.

Le destroyer HMCS Nipigon, de la marine royale canadienne accoste vers 17 h au quai Mark‑Drouin. Il y demeurera pendant un mois à titre d’hôte des navires militaires étrangers en visite à l’Expo.

On inaugure, à la pièce d’eau Petite Mer, près de la pyramide inversée Katimavik, un spectacle nouveau genre. On y démontre à l’aide de modèles réduits, comment s’y prennent les brise-glaces pour libérer un gros cargo enfermé dans les glaces d’un embâcle. Chaque jour, ce spectacle attire des foules à répétition au pavillon du Canada.

Muriel Millard, vedette du music-hall canadien, inaugure le Jardin des Étoiles à La Ronde. Sa revue Vive la Canadienne avec les Les Girls de Vénus doit tenir l’affiche jusqu’au 24 juin. À l’Expo Théâtre, Carol Channing conquiert tous les cœurs avec son Hello Dolly.

Aussi, dans le cadre du Festival mondial, à la salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts, Zubin Mehta dirige l’Orchestre philharmonique de Los Angeles. Le soliste invité est le pianiste Van Cliburn. Au programme, des œuvres de Barber, Brahms et l’ Eroïca de Beethoven.

Plusieurs groupes d’amateurs se produisent dans les kiosques à musique de l’Expo. Mentionnons le Salvation Army Hollywood Tabernacle Choir, de Hollywood, Californie ; le Gardner Webb College Choral Ensemble, de la Caroline du Nord ; le Gorham Central School Band, de l’État de New York ; le Newton Junior High School Band, du Massachusetts ; le Kapuskasing Choir, de l’Ontario ; le West Hill High School Band et le Dunton High School Choir, tous deux de Montréal.

***

Jour 005
Mardi 2 mai 1967 : Journée nationale de l’Éthiopie
Météo : temps couvert/pluie 65 °F (18,5 °C) – 59 °F (15 °C)
117 743 visiteurs

C’est la Journée nationale de l’Éthiopie à l’Expo. Première des journées où l’on honore un pays participant. Le Roi des Rois, Sa Majesté Impériale Haïlé Sélassié 1er, Empereur d’Éthiopie, est le premier monarque à être reçu officiellement sur la Terre des Hommes. Le matin, une foule peu dense, mais amicale accueille à la Place des Nations un empereur souriant et se tenant très droit, malgré la fatigue du voyage, ses lourdes responsabilités et ses 74 ans. Après les quelques mots de bienvenue du commissaire général Pierre Dupuy et ceux de monsieur Desta, ministre du Commerce et de l’Industrie d’Éthiopie, l’Empereur s’adresse aux invités en amharique, langue officielle de ce pays.

L’arrivée de l’Empereur est saluée par vingt-et-un coups de canon. Après l’envoi du drapeau éthiopien, Sa Majesté passe en revue la garde d’honneur composée du 3e bataillon du Royal 22e Régiment. Cette cérémonie se répétera pour l’accueil de chacun les chefs d’État tout au long de l’Expo.

Peu avant midi, le Négus fait son entrée dans le pavillon de son pays, une grande tente rouge surmontée du Lion de Juda. Un petit groupe de compatriotes l’acclament avec exultation. Deux guerriers en grands atours sont postés à l’entrée. Tony, un lionceau de 8 mois né dans le palais de l’Empereur et qui passera six mois à l’Expo, est solidement tenu en laisse. Deux dignitaires de l’Église copte, encensoir en main, exécutent le rituel d’usage.

Pavillon de l'Éthiopie. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_3P080

Pavillon de l’Éthiopie. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_3P080

Le commissaire général de l’Expo offre un déjeuner au pavillon d’honneur Hélène-de-Champlain pour célébrer la visite de son invité de marque. Il répétera ce geste pour tous les visiteurs officiels.

Le spectacle folklorique éthiopien qui devait être présenté à la Place des Arts est malheureusement contremandé en raison du mauvais temps.

Le contrôle des prix est fermement maintenu par dix-huit inspecteurs des restaurants. Les problèmes logistiques d’approvisionnement des vivres et d’enlèvement des ordures sont en voie d’être réglés et les compteurs automatiques des entrées fonctionnent à la satisfaction de tous.

L’animateur de la série la plus cotée aux États-Unis, The Ed Sullivan Show, Ed Sullivan lui-même, vient faire une visite d’exploration à l’Expo en vue d’une prochaine émission. En rencontrant le maire de Montréal qu’il invite à son émission à New York, il s’exclame : « J’ai eu l’occasion de voir beaucoup d’expositions mais celle de Montréal est unique, tout est merveilleux ici ».

Visite de l'animateur de télévision américain, Ed Sullivan. - 2 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X016-024

Visite de l’animateur de télévision américain, Ed Sullivan. – 2 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X016-024

Dans le cadre du Festival mondial, au théâtre Port-Royal de la Place des Arts, le spectacle complet de l’Ensemble folklorique i mpérial d’Éthiopie a lieu comme prévu.

L’Orchestre philharmonique de Los Angeles et l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de Zubin Mehta, présentent des œuvres de Berlioz, Ravel et Respighi à la salle Wilfrid Pelletier, tandis qu’au théâtre Maisonneuve, le Théâtre de France de Renaud-Barrault se fait applaudir dans la première du Soulier de Satin de Paul Claudel [à l’affiche jusqu’au 7 mai].

Dans les kiosques à musique, le Kimberley High School Rotary Band, de Colombie britannique et le Plattsburgh Junior High School Choir, de l’État de New York se produisent pour la première fois.

***

Jour 006
Mercredi 3 mai 1967
Météo : pluie/temps couvert, 45 °F (7 °C) – 43 °F (6,1 °C)
130 327 visiteurs

On s’est amusé aux dépens du sous-commissaire général, Robert Shaw quand il a cassé d’un coup de massue l’énorme clou qu’il devait planter dans la quille de la goélette Atlantica, un deux-mâts de treize tonnes qui sera construit sur place pendant l’Expo.

L’empereur Haïlé Sélassié visite incognito les pavillons de la France, de la Tchécoslovaquie, de la Grande‑Bretagne, de l’Italie et de l’Allemagne fédérale avant de quitter l’Expo pour une visite à Québec.

Le commissaire général de l’Expo, monsieur Dupuy, va saluer la Barbade et la Guyane, la Thaïlande, l’URSS et l’Inde.

Le pavillon de la Thaïlande est officiellement inauguré par le commissaire général délégué de ce pays, le colonel M. L. Chuanchuen Kambhu.

Visite du Premier ministre Sir Seewoosagur Ramgoolam, accompagné de Lady Ramgoolam. - 3 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X007-011

Visite du Premier ministre Sir Seewoosagur Ramgoolam, accompagné de Lady Ramgoolam. – 3 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X007-011

Au cours d’un dîner offert en l’honneur de Sir Seewoosagur Ramgoolam, premier ministre de l’île Maurice, celui-ci offre son pavillon à la ville de Montréal. C’est le premier pavillon à être officiellement offert à la métropole.

Le premier ministre du Québec, monsieur Daniel Johnson, donne un avertissement sévère aux restaurateurs de l’Expo : « Ils doivent se conformer à la loi québécoise de l’hôtellerie qui stipule que le menu et les prix doivent être affichés à l’extérieur du restaurant et du pavillon, sinon ils auront à subir les rigueurs de la loi ». Il n’y eut aucune résistance.

Le vice-président de l’URSS et président du Soviet suprême de l’Estonie, monsieur Alexei Murisep donne une conférence de presse dans le pavillon de l’URSS.

Divers nouveaux spectacles sont à l’affiche : un trio de musiciens au pavillon de Barbade et Guyane et un nouveau spectacle de limbo, au pavillon commun de Trinidad & Tobago et Grenade.

Le pavillon de Trinidad, Tobago et Grenade. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-007

Le pavillon de Trinidad, Tobago et Grenade. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-007

Dans le cadre du Festival mondial, l’Orchestre philharmonique de Buffalo, dirigé par Lukas Ross, avec les solistes Bethany Beardslee, soprano et Charles Rosen, pianiste, donne à la salle Wilfrid Pelletier, un concert fertile en imprévus. À la surprise générale, on remplace une œuvre de Charles Ives, dûment annoncée, par un concerto de Bach pour violon et hautbois et on supprime les Altenberg Lieder d’Alban Berg, faute de répétitions suffisantes.

Les groupes d’amateurs suivants jouent dans les kiosques à musique de l’Expo : le Alcée Fortier Senior High School Band, de la Nouvelle-Orléans, Louisiane ; le Greenfield High School Band, de Greenfield, Massachusetts ; le Cedar Park Choristers, de Pointe-Claire et le Montreal West High School Band, de Montréal.

***

Jour 007
Jeudi 4 mai 1967 : Journée nationale de l’île Maurice
Météo : temps couvert, 42 °F (5,5 °C) – 46 °F (7,7 °C)
202 527 visiteurs

Pavillon de l'île Maurice. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-006

Pavillon de l’île Maurice. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-006

L’île Maurice célèbre aujourd’hui sa Journée nationale à l’Expo à la Place des Nations. Le premier ministre de l’île Maurice, Sir Seewoosagur Ramgoolam et Lady Ramgoolam arrivent à la Place des Nations vers 10 h 30. Après les cérémonies et allocutions d’usage, les dignitaires font le tour de leur propre pavillon, déjeunent au Hélène-de-Champlain et visitent ensuite les pavillons suivants : Nations unies, Grande‑Bretagne, Canada et Québec.

De l7 h à 20 h on danse le séga de l’île Maurice à la Place des Nations. Malgré un vent frisquet, la foule s’en donne à cœur joie.

Au pavillon de la France, monsieur Robert Bordaz, commissaire général du pavillon, accueille la vedette de la chanson Petula Clark, qui, après son tour de chant, se promènera pendant cinq jours sur la Terre des Hommes, souvent reconnue et saluée au passage.

Au pavillon de l’Australie, Miss Australia, Margaret Ronan, vole la vedette aux kangourous.

Au Centre du commerce international, il y a réception en l’honneur de l’arrivée d’un groupe d’anciens élèves de l’École des hautes études commerciales, revenus de France à bord du paquebot France. Au restaurant Le Concorde dans le pavillon de la France, un dîner est offert aux anciens combattants franco-canadiens.

Au pavillon de l’URSS, monsieur Alexei Jurisep, président du Soviet suprême d’Estonie rencontre la presse. Il présente le grand joueur d’échecs Paul Keres qui invite les amateurs d’échecs à venir le rencontrer au pavillon de l’URSS.

C’est la première du Grand boum de la mode canadienne au kiosque en plein air du pavillon du Canada et les murmures d’appréciation se font entendre. Toujours côté mode, en fin d’après-midi, au pavillon de la Tunisie, le mannequin modéliste montréalais Caty Lullier présente un défilé de mode à l’orientale.

En soirée, première à l’auditorium Du Pont du Canada, du cycle des conférences de la série Maclean Hunter. L’honneur de cette première est réservé au commissaire général de l’Expo, monsieur Pierre Dupuy qui choisit comme sujet Le Canada, ce jeune centenaire. Dans sa conférence, monsieur Dupuy, déplore l’attitude négative des médias en général, surtout au sujet de l’Expo. « Il est difficile de comprendre pourquoi leur encre est si sombre », dit-il. « Pendant toute ma vie professionnelle, j’ai lu des journaux, mais je ne me souviens pas de n’avoir jamais rencontré un ensemble de reportages aussi négatifs que ceux concernant mon propre pays ».

Les visiteurs du pavillon de la Belgique ont pris l’habitude de jeter de la monnaie dans la pièce d’eau au rez-de-chaussée. Le commissaire général du pavillon, monsieur Jan-Albert Goris, annonce que les sommes ainsi recueillies seront remises à la Société canadienne des aveugles.

Pavillon de la Belgique. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-024

Pavillon de la Belgique. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-024

À Québec, la Société canadienne des relations publiques présente à monsieur Yves Jasmin, directeur de l’Information, de la Publicité et des Relations publiques de l’Expo, la Médaille de réalisation exceptionnelle, en soulignant ainsi sa contribution : « Jasmin a toujours conservé sa bonne humeur, malgré les immenses difficultés rencontrées dans l’exercice exemplaire de ses fonctions au bénéfice de son organisation et du pays ».

Les groupes amateurs suivants se sont produits dans les kiosques à musique de l’Expo : le Neshaminy High School Concert Choir, de Langhorn, Pennsylvanie ; le Neil High School Concert Band, de Toronto ; le Verdun High School Orchestra et Les Petits Chanteurs de Lachine, au Québec.

***

Jour 008
Vendredi 5 mai 1967
Météo : temps clair/couvert, 44 °F (6,5 °C) – 43 °F (6,1 °C)
214 179 visiteurs

Le deux millionième visiteur est lui aussi passé inaperçu. Il est entré à l’Expo un peu avant 16 h, déjouant ainsi les prévisions qui ne croyaient pas atteindre ce chiffre avant le 11 mai.

Désormais, pour entrer à l’Expo et à La Ronde, après 21 h, il n’en coûtera que 1,00 $ au lieu de 2,50 $. Les dirigeants de l’Expo estiment cette mesure plus juste envers les visiteurs, puisque les pavillons ferment leurs portes à 21 h 30.

Vue d'ensemble des pavillons. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P015

Vue d’ensemble des pavillons. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P015

La Cosa Nostra aurait obtenu des concessions de la Compagnie canadienne de l’exposition universelle de 1967 (CCEU). Quatre compagnies derrière lesquelles se cacherait ce syndicat international du crime seraient à l’œuvre à l’Expo. C’est ce qu’a lancé l’ancien ministre de la Justice du Québec, monsieur Claude Wagner, devant un comité de l’Assemblée législative du Québec. Le sous-commissaire général de l’Expo, monsieur Robert Shaw, promet enquête immédiate et déclaration officielle à ce sujet.

Monsieur Jean-Albert Goris, commissaire général de la participation belge, reçoit un groupe représentant l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF) qui tient un congrès à l’Université de Montréal sur le thème « L’Université et la recherche scientifique ».

La foule acclame le commissaire général Pierre Dupuy au cours de sa visite officielle dans les pavillons de la Corée, d’Haïti, de Cuba, de la Yougoslavie, de l’Australie, de l’Algérie et de l’île Maurice.

Pavillon de Cuba. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P012

Pavillon de Cuba. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P012

Une campagne Journées Expo 67 est lancée par un groupe de personnes dévouées dans le but de recueillir des fonds visant à amener à l’Expo 125 000 personnes défavorisées qui sans cette aide ne pourraient la visiter.

On annonce que mesdames Han Suyin et Françoise Giroud, conférencières à la Journée internationale de la Femme, ne pourront venir pour des raisons personnelles. Madame Pandit Nehru, membre du Parlement indien et madame Évelyne Sullerot, sociologue française, les remplaceront.

Ce soir, dans le cadre du Festival mondial, au théâtre Port-Royal de la Place des Arts, on donne un concert dirigé par Alexander Brott de la Société Pro Musica, en collaboration avec l’Orchestre de chambre McGill, Jean-Pierre Rampal, flûtiste et Louis Charbonneau, percussionniste, dans des œuvres de Corelli, Benda, Vivaldi et Brott.

Les groupes amateurs suivants se sont produits dans les divers kiosques de l’Expo aujourd’hui : le University of Michigan Symphony Band ; le Mount St. Charles Academy Band, de Woonsocket, Rhode Island ; le Modern Choir of Central Regional High School, de Bayville, New Jersey ; le Thistleton College Concert Band, de Rexdale, Ontario ; le North Hastings High School Band, de Bancroft, Ontario ; le Neil McNeil High School Concert Band, de Toronto ; les Cadets de Maniwaki et les Folklorettes, de LaSalle, Québec.

***

Jour 009
Samedi 6 mai 1967
Météo : temps clair/couvert, 44 °F (6,5 °C) – 51 °F (10,5 °C)
370,731 visiteurs

En réponse aux accusations lancées par monsieur Claude Wagner, Robert Shaw, sous-commissaire général de l’Expo affirme que l’Expo n’a jamais donné de concessions à la Cosa Nostra : « Chaque contrat accordé aux concessionnaires a fait l’objet d’une enquête sérieuse quant à la stabilité financière et la réputation de l’établissement avant l’émission du contrat ».

Au pavillon de l’Hospitalité et du Gaz naturel, l’Association des femmes diplômées des universités accueillent à déjeuner madame Solange Chaput-Rolland qui les entretient du sujet suivant : La Femme et la Politique.

En fin d’après-midi, une jonque chinoise, Mandarin Duck fait triomphalement son entrée au port de plaisance Sainte-Hélène. À la barre, son capitaine est le professeur Turzo Wilson, directeur du département de géophysique de l’Université de Toronto, accompagné de sa femme et leur fille.

Il y a foule à l’Expo, parmi laquelle se trouve l’acteur américain Henry Fonda.

Pavillon Sermons de la science. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd006-017

Pavillon Sermons de la science. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd006-017

Dans le domaine des sensations fortes, au pavillon des Sermons de la Science, le docteur George E. Speaks, de l’Institut scientifique Moody de Californie se fait passer une décharge électrique d’un million de volts à travers le corps.

Le commissaire général Pierre Dupuy continue sa tournée officielle des pavillons : France, République arabe unie, Koweït, Grèce, Birmanie et Iran.

Pavillon de l'Iran, le soir. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-008

Pavillon de l’Iran, le soir. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-008

L’Institut royal d’architecture dévoile les noms des vingt-cinq cabinets d’architectes, gagnants des Médailles Massey 1967 au concours d’architecture du Centenaire. Parmi eux, le cabinet Moshe Safdie & David, Barott, Boulva pour Habitat 67.

Arrestation d’un homme dans la quarantaine qui a maculé de peinture le monument situé à l’entrée du pavillon de l’URSS, à la gloire des travailleurs soviétiques. Une équipe de nettoyage a pu effacer l’outrage en quelques minutes.

Au pavillon de la Jeunesse, la troupe du Conservatoire du Québec offre une première représentation des Oiseaux, d’Aristophane.

Le violoncelliste Claude Storch et la harpiste Helga Storch donnent le premier de cinq récitals au pavillon de la République fédérale d’Allemagne.

Au programme du Festival mondial, à la salle Wilfrid Pelletier, première de l’Orchestre symphonique de Toronto, sous la direction de Seiji Osawa, avec Loïs Marshal, soprano.

Les groupes amateurs en première dans les kiosques de l’Expo : le Strachan School Choir et le Harmony Singers, de Toronto ; le groupe de danse À la Volette, de Ville Jacques-Cartier ; le Estonian Folkdance Group, le St. Sophie’s Choir et le chœur Kattalin, tous de Montréal.

***

Jour 010
Dimanche 7 mai 1967
Météo : temps couvert, 50 °F (10 °C) – 52 °F (11,1 °C)
377 812 visiteurs

Ce dimanche est à saveur nautique. Le Bluenose II, une réplique de la célèbre goélette de pêche et de course, arrive tôt dans l’après-midi et s’amarre au quai Mark-Drouin d’où elle servira de navire-hôte pour les navires étrangers visitant l’Expo. Le Bluenose reçoit un accueil particulier. La fanfare de l’Expo joue pendant son approche majestueuse et monsieur Shaw, lui-même un plaisancier accompli, est là pour accueillir son capitaine, Ellsworth Coggins. Au cours de sa carrière de 18 ans, le Bluenose original a participé à une vingtaine de courses internationales et en a remporté quinze avant d’être converti en cargo et par la suite, de heurter un récif aux Antilles en 1946, sombrant à jamais. Le célèbre voilier orne les pièces de dix cents du Canada depuis longtemps et encore aujourd’hui.

Une heure à peine après l’arrivée du Bluenose, un premier navire étranger vient visiter l’Expo, le Kamina, un navire d’entraînement belge. Les journalistes sont invités à bord et on leur raconte la saga de ce navire. En construction en 1939, il a été saisi par les autorités allemandes et utilisé comme navire d’approvisionnement pour les sous-marins et les petits torpilleurs.

Continuant sur cette lancée nautique, à l’Autostade, se tient une commémoration solennelle de la bataille de l’Atlantique, rappelant les 1 800 officiers et marins canadiens morts en service au cours de la guerre 1939-1945. Six cents marins, dont l’équipage du Nipigon, font partie du défilé. Le vice-amiral Hugh F. Pullen (retraité), sous-commissaire du pavillon des provinces atlantiques à l’Expo, reçoit le salut du défilé.

Le trois millionième visiteur passe les tourniquets de l’Expo, vers 10 h, anonyme.

Pavillon d'Air Canada. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd006-086

Pavillon d’Air Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd006-086

Le pianiste américain Joe Harnell utilise le toit hélicoïdal du pavillon d’Air Canada en guise de scène pour les prises de vue d’une télévision américaine. On a hissé sur le toit un piano de concert de 800 livres.

Le pavillon de la France offre un cocktail en l’honneur de 70 membres de l’Association des jeunes patrons, association internationale d’hommes d’affaires dont les 25 000 membres sont tous présidents de sociétés ayant un chiffre d’affaires dépassant le million de dollars.

Monsieur Lamas, du Chili, directeur général du journal El Sur, vient d’obtenir le prix international de l’American Newspaper Publishers Association. Il visite l’Expo et rencontre la presse au Foyer du pavillon de l’Administration.

Les jeunes de moins de vingt ans se voient refuser l’entrée du pavillon de la Jeunesse aux spectacles de 20 h 30 et de 23 h parce qu’on y sert des boissons alcooliques. Protestations assurées.

Aucun nouveau spectacle du Festival mondial ne prend l’affiche ce soir.

Vue d'ensemble des pavillons, la nuit. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P121

Vue d’ensemble des pavillons, la nuit. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P121

D’autre part, plusieurs groupes amateurs se produisent durant la journée : le East Rutherford High School Cavalier Band, de Forest City, Caroline du Nord ; le University of Michigan Symphony Band ; le University Choral Festival, de Toronto ; les Petits Chanteurs de Lachine ; Brian Merret, de Pointe-Claire et les Sentinelles, de Jacques-Cartier [aujourd’hui Longueuil], Québec.

***

Jour 011
Lundi 8 mai 1967 : Journée spéciale de la Croix-Rouge
Météo : pluie/ temps couvert, 42 °F (5,5 ° C)
127 725 visiteurs

La température froide et maussade abrège considérablement les cérémonies tenues à la Place des Nations pour l’anniversaire de naissance d’Henri Dunant, fondateur de la Croix Rouge. messieurs Samuel A. Gonard, de Genève et José Barroso, de Mexico participent à l’envoi du drapeau en présence de nombreux dignitaires et bénévoles de la société. La journée s’est déroulée sous le thème Protéger la santé, prévenir les accidents et sauver des vies par la Croix-Rouge.

Place des Nations. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX137-0066

Place des Nations. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX137-0066

Cet après-midi, messieurs Gonard et Barroso donnent une conférence de presse au pavillon de l’Administration, suivie d’une messe du Précieux-Sang à l’occasion de cette 20e journée mondiale de la Croix-Rouge.

Les commissaires généraux de section, suivant en cela l’exemple du commissaire général de l’Expo, ont commencé des visites de bon voisinage. Ils vont d’un pavillon à l’autre avec grand plaisir. Leur personnel voudrait sûrement pouvoir en faire autant.

Monsieur Pierre Dupuy reçoit à bord du Bluenose II le capitaine F.G. Dumont du navire-école belge Kamina.

Le premier ministre du Québec, M. Daniel Johnson, inaugure officiellement le pavillon des Industries du Québec.

Vue du site, la nuit. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_4P029

Vue du site, la nuit. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_4P029

À l’auditorium Du Pont on projette en première un film islandais Surtsey sur la naissance d’une île volcanique. À 17 h, une conférence de la série Noranda par le professeur John Tuzo Wilson, homme de science, professeur, écrivain et conférencier canadien, intitulée Terre des Hommes.

Au nombre des personnalités en visite, le comte et la comtesse Moens de Fernig. Le comte de Fernig fut commissaire général de l’exposition universelle de 1958, à Bruxelles.

Dans le cadre du Festival mondial, au théâtre Port-Royal on présente ce soir la première de Juno and the Peacock de Sean O’Casey, par la troupe du Neptune Theatre, d’Halifax.

Aux kiosques à musique de l’Expo, les visiteurs ont pu entendre plusieurs groupes d’amateurs : le Mississipi State College for Women Choir ; le Henchmen, de Lancaster, Nouveau-Brunswick ; le North Hastings Choir, de Bancroft, Ontario ; le Cedar Park Choristers, de Pointe-Claire ; les Chanteurs de l’île et le Four Alouettes de Montréal.

***

Jour 012
Mardi 9 mai 1967 : Journée nationale de la Belgique
Météo : temps couvert, 42 °F (5,5 °C) – 38 °F (3,3°C)
147 997 visiteurs

Le prince Albert de Liège, accompagné de la princesse Paola de Liège. – 8 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X008-015

Le prince Albert de Liège, accompagné de la princesse Paola de Liège. – 8 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X008-015

C’est sous la pluie et un vent glacial que se déroule la cérémonie d’usage de la Journée nationale de la Belgique à la Place des Nations. La vedette incontestée de cette journée est la très jolie princesse Paola, de noblesse italienne, qui accompagne son mari le prince Albert de Liège. Les Gilles de la Louvière, revêtus de leurs beaux costumes, donnent un spectacle sans pareil dans l’amphithéâtre derrière le pavillon suisse plutôt qu’à la Place des Nations.

Accompagné du commissaire général du pavillon belge, le prince Albert visite les pavillons du Canada, des Nations unies, de la Communauté économique européenne (CEE) et des Pays-Bas.
Toujours dans le cadre de cette journée, le père Pire, prix Nobel de la Paix en 1962, signe son livre Bâtir la Paix, au pavillon belge. Le livre est exceptionnellement en vente dans le pavillon. L’auditorium Du Pont projette huit documentaires belges : Aquarama, Vésale, Val Saint-Lambert, Plastiques, Les Dieux du Feu, L’Âge du Verre, BR-3 et Aquarium.

Deux personnages bien connus des enfants de 7 à 77 ans, Bob Morane et Dan Cooper, sont venus fêter la Journée nationale de la Belgique à l’Expo et le pavillon de la Jeunesse a invité Albert Weinberg et Henri Vernes à venir dialoguer avec leurs jeunes lecteurs.

À Québec, l’arrivée du paquebot France cause des embouteillages sur les plaines d’Abraham et le chemin de l’Anse au Foulon où il accoste. Le plus long paquebot du monde, 1 035 pieds, jaugeant 60 000 tonneaux, remonte le Saint-Laurent pour la première fois. Son tirant d’eau l’empêche cependant de se rendre jusqu’à Montréal. Il a à son bord 2 044 passagers français qui viennent visiter l’Expo, ainsi qu’une collection de créations haute couture qui seront présentées au pavillon de la France.

Une importante difficulté technique force Jean-Louis Barrault, directeur du Théâtre de France, à contremander, vers 18 h, la représentation de Il faut passer par les nuages de Billetdoux. Une composante de remplacement est trouvée à New York et expédiée par avion à Montréal, mais arrive malheureusement trop tard pour la représentation de ce soir.

Au programme du Festival mondial à la Place des Arts : leurs Altesses Royales de Belgique rehaussent de leur présence la première nord-américaine du Ballet du XXe siècle, dirigé par Maurice Béjart [à l’affiche jusqu’au 13 mai].

Première nord-américaine de Messe pour le temps présent par le Ballet du 20ième siècle et dirigé par Maurice Béjart, à la Place des Arts. – 9 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X008-296

Première nord-américaine de Messe pour le temps présent par le Ballet du 20ième siècle et dirigé par Maurice Béjart, à la Place des Arts. – 9 mai 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-X008-296

Au théâtre Port-Royal, le Neptune Theatre de Halifax présente une pièce de A.L. Murphy, The Sleeping Bag.

À cause de la pluie, le feu d’artifice habituel n’a pas lieu ce soir.
Aux kiosques à musique de l’Expo, les visiteurs assistent à des concerts donnés par plusieurs groupes d’amateurs : le Andrew Lewis High School A Capella Choir, de Salem, Virginie ; le Parkland High School Chorale, d’Orefield, Pennsylvanie et le Guilderland High School Concert Band, de Peterborough, Ontario.

***

Jour 013
Mercredi 10 mai 1967
Météo : pluie/temps couvert, 39 °F (4 °C) – 48 °F (8,8 °C)
146 859 visiteurs

Pavillon d’Haïti. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P058

Pavillon d’Haïti. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P058

Ouverture dans l’île Notre-Dame du pavillon d’Haïti. Le gouvernement haïtien avait abandonné le projet d’un pavillon à l’Expo lorsqu’un industriel québécois a accepté la responsabilité de son financement. Malheureusement, c’est sous la pluie qu’on inaugure le pavillon de cette « Terre de Soleil » !

Le don du pavillon belge à la Ville de Montréal est confirmé. Digne de ses artisans, le pavillon de la Belgique à l’Expo porte bien haut la réputation de son pays.

La marine est à l’honneur. Le prince Albert de Liège, qui présidait hier la Journée nationale de la Belgique, rend visite au navire belge Kamina, amarré au quai Mark-Drouin. Le prince est lui-même capitaine de vaisseau.

Le capitaine du France, arrivé le 9 mai à l’Anse au Foulon, à Québec, visite la reproduction du navire historique La Grande Hermine, à La Ronde.

Réplique de la Grande Hermine à La Ronde la nuit. – 1968. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX171-001

Réplique de la Grande Hermine à La Ronde la nuit. – 1968. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX171-001

On présente aujourd’hui, en avant-première, la mode autrichienne du prêt-à-porter. Collection très applaudie qui sera en montre chaque jour au pavillon de l’Autriche.

L’Organisme pour la coopération et le développement économique, l’OCDE, qui a son pavillon à l’Expo, reçoit son secrétaire général qui, après les cérémonies habituelles, entretient son auditoire du problème de l’alimentation mondiale à l’auditorium Du Pont. Un panel discute du sujet, sous la direction de monsieur John Deutsch, président du Conseil économique du Canada.

Notons l’arrivée de 167 écoliers de Lucknow, Ontario. Ces enfants qui habitent une communauté rurale ne peuvent pas s’absenter l’été parce qu’ils participent aux travaux sur les fermes. Pour faire un voyage de trois jours à Montréal, iIs ont donc amassé 3 000$ en organisant un carnaval d’hiver, une vente de gâteaux et de chocolat ainsi qu’une danse à leur école. Leur réaction à l’Expo : « Totalement sensationnel ! »

Soirée de grande élégance au pavillon de la France. Pour la première fois dans l’histoire de la haute couture parisienne, dix des plus grands d’entre les grands, présentent, dans un défilé au rez de lagune du pavillon, cinquante créations de leurs collections du printemps. Les mannequins sont arrivés avec armes et bagages à bord du France. C’est aussi par le France qu’arrive la célèbre aviatrice Jacqueline Auriol qui a battu tant de records. Elle est au nombre des visiteurs de l’Expo que l’on salue avec fierté.

Arrivée à l’Autostade du Rallye Shell 4 000. Le rallye est parti de Vancouver il y a huit jours. Des quatre-vingt-treize voitures qui y ont participé, quarante seulement sont arrivées à Montréal. L’équipage vainqueur est celui de la Lotus Cortina, pilotée par le britannique Roger Clark, suivi par Scott Harvey, du Michigan et de Karl Schultz, de Toronto.

Parmi les nouvelles qui surprennent : le commissaire général du pavillon de la Grèce démissionne, « pour des raisons strictement personnelles ».

Dans une conférence de presse, monsieur Jiri Prochazka, directeur artistique de la Laterna Magika tchécoslovaque, a rappelé que ce concept est le plus avancé des procédés théâtre-cinéma combinés au monde.

Parmi les nombreuses manifestations culturelles sur l’emplacement, signalons, au théâtre du pavillon du Canada, l’ensemble Couperin le Grand, dans un répertoire de musique de chambre baroque ainsi que la troupe des danseurs folkloriques du Turkménistan, au pavillon de l’URSS.

Les groupes amateurs qui se produisent aujourd’hui sont : les Choralettes, du Texas ; le University of Calgary Choir ; le Chamont High School Band and Folk Singers ; le Maple Hill School Choir, de Montréal et le Quebec Music Education Concert.

***

Jour 014
Jeudi 11 mai 1967 : Journée nationale de la Birmanie
Météo : temps clair/pluie, 41 °F (5 °C) – 42 °F (5,5 °C)
137 351 visiteurs

Pavillon de la Birmanie. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-001

Pavillon de la Birmanie. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-001

L’Expo 67 honore aujourd’hui la Birmanie. La cérémonie officielle, à la Place des Nations, est présidée par le délégué de ce pays, le général Tin Pe, ministre du Commerce, accompagné de son épouse. Les costumes nationaux égayent les cérémonies officielles, toujours très solennelles. Mais le général ne suit pas le protocole, et sans explication, il ne passe pas en revue la garde d’honneur du Royal 22e Régiment.

Au début de la journée, un des hélicoptères qui assurent le transport des voyageurs de l’aéroport de Saint-Hubert à l’Expo s’écrase, entrainant la mort de ses deux occupants.

Des journaux montréalais, commentant l’affluence extraordinaire à l’Expo au-delà de toutes les prévisions, prédisent maintenant soixante millions de visiteurs ! C’est sans doute un peu trop optimiste.

Foule sur le site d’Expo 67. – 1967. Arcihves de la Ville de Montréal. P123_2P053

Foule sur le site d’Expo 67. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P053

On présente aujourd’hui en avant-première la mode autrichienne du prêt-à-porter. Collection très applaudie, qui sera en montre chaque jour au pavillon de l’Autriche.

Fâcheux incident : deux jeunes Torontois dans la vingtaine ont lancé des briques sur les panneaux d’acrylique du pavillon américain causant des dommages évalués à 1 300 $.

À l’auditorium Du Pont, le père Georges Pire, un dominicain, prix Nobel de la paix en 1958, fondateur du Centre international de la paix Mahatma Ghandi, situé à Huy, en Belgique, est le conférencier du jour. Il propose au maire Drapeau, qu’un ou plusieurs des pavillons qui lui sont offerts servent à la création d’un second centre pour la paix mondiale.

Aux cinq kiosques à musique, nous relevons les noms des groupes suivants : le Magnolia High School Choir, de Virginie ; le Needham High School Band, du Massachussets ; le Woodstock High School Band, du Nouveau-Brunswick ; le Wagar High School Band ; la Chorale Laurentienne ; le Montreal High School Senior Band et la Fanfare de l’Expo.

***

Jour 015
Vendredi 12 mai 1967 : Journée nationale d’Autriche
Météo : temps clair, 42 °F (5,5 °C) – 48 °F (8,8 °C)
170 219 visiteurs

La célébration de cette journée débute à la place Ville-Marie par le défilé, dans les rues de la ville de Montréal, de la fanfare de la ville autrichienne de Wilten accompagnée de trente chanteurs et danseurs de la troupe folklorique Jung Salzburg.

Pavillon de l’Autriche. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P016

Pavillon de l’Autriche. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P016

Rendez-vous à la Place des Nations où se déroulent les cérémonies d’usage avec la participation du président de la République fédérale autrichienne, M. Franz Jonas. La fanfare de Wilten fait partie du spectacle. Cette fanfare fait l’orgueil du Tyrol autrichien depuis 150 ans.

Le groupe de danse et de musique répète le spectacle à la Place des Nations en après-midi. La Journée nationale autrichienne se termine le soir par un dîner à l’hôtel Ritz-Carlton, suivi d’un grand bal sur le thème de Une nuit à Schönbrunn.

Le même jour, d’autres spéculations ont cours quant à l’avenir du site de l’Expo. Le commissaire général de l’Exposition de Bruxelles de 1958, le comte Moens de Fernig déclare pour sa part : « Une seule chose à faire après une exposition : démolir les pavillons qui n’ont plus leur raison d’être. Ce principe a été appliqué à Bruxelles ».

Le millionième visiteur au pavillon de l’URSS : il s’agit de madame Michael Moore, de Kelowna, Colombie-Britannique. Elle et sa famille reçoivent de nombreux cadeaux.

Arrivée au quai Mark-Drouin du navire-école Bay State, de la Massachusetts Maritime Academy.

Au pavillon du Québec, déjeuner offert par le ministre Jean-Noël Tremblay en l’honneur du Conseil des arts du Québec. Début des récitals de Louise Forestier.

Pavillon du Québec. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P032

Pavillon du Québec. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P032

Au pavillon de la France, sur invitation seulement, spectacle « Impromptu » avec Jean-Louis Barrault, Madeleine Renaud et Armand Béjard.

Visiteurs de marque à l’Expo : monsieur James Tate, maire de Philadelphie et Miss Liberty Belle, également de cette ville.

Tout le personnel de l’Expo, les Montréalais et l’ensemble du Canada commencent à se rendre compte que l’Exposition aura un succès inespéré, sans précédent.

Participation des amateurs : le Averill Park High School Band, N.Y. ; le Varsity Singers, du Drexel Institute, Pensylvanie ; le Woodstock High School Band, N.B. ; le University of Western Ontario.

***

Jour 016
Samedi 13 mai 1967 : Journée spéciale de l’Unité chrétienne
Météo : temps clair/couvert, 43 °F (6 °C) – 52 °F (11.1 °C)
328 341 visiteurs

Des représentants de huit confessions chrétiennes, président conjointement la cérémonie à la Place des Nations. Un pique-nique suit, auquel assistent, au parc Notre-Dame, quelque 1 000 enfants défavorisés. Ce pique-nique est organisé par le pavillon Chrétien qui ouvre officiellement ses portes aujourd’hui. Les invités d’honneur participent à l’événement, puis assistent au déjeuner offert par le commissaire général Pierre Dupuy au pavillon d’honneur Hélène de Champlain.

Pavillon Chrétien. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd025-009

Pavillon Chrétien. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd025-009

L’après-midi à 14 h à la Place des Nations, célébration populaire sous la direction du Père Émile Legault, à laquelle participent 300 artistes : les Petits Chanteurs et le chœur Russe de Montréal, ainsi que le groupe pop de Toronto, le Teen and Twenty Chapel.

Hovercraft. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P039

Hovercraft. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P039

Le Hovercraft met en service un troisième trajet avec port d’attache à Habitat 67, avec un départ toutes les dix minutes pour un tour des îles de l’Expo.

Le Minirail de La Ronde a soudainement cessé de fonctionner. Les voyageurs ont dû l’évacuer en descendant par des échelles. Il a repris son service deux heures plus tard.

Parmi les personnalités en visite, signalons Mlle Satu Ostring, Miss Scandinavie 1967 ; monsieur Saleh Shehab, sous-secrétaire au ministère de l’Information du Koweït ; monsieur Yeshayahu Foerder, délégué d’Israël au congrès de la Chambre de commerce international ; deux cents délégués de la Chambre de commerce de Saskatoon déjeunent au Centre de commerce international, accompagnés du maire S.L. Buchwald et de monsieur G.B. Grant, ministre de l’Industrie et du Commerce de la Saskatchewan ; monsieur Mohamed Ghanem, président de l’organisme égyptien El Nasr Import-Export, ainsi que plusieurs représentants de la ville de Bordeaux, France.

La mémoire du sénateur Mark Drouin qui, le premier, a exprimé l’idée d’une exposition universelle au Canada est honorée par les États-Unis au cours d’une réception au pavillon. Une médaille est remise à madame Drouin.

Réception sur le Bluenose II en l’honneur du capitaine Woodland, du navire-école américain Bay State.

Au pavillon de l’Hospitalité et du Gaz naturel, première de la collection du couturier viennois Adl Mulle, confiée à des mannequins viennois.

Pavillon du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P043

Pavillon du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P043

La contralto Maureen Forrester donne un récital au théâtre du pavillon du Canada.
Les chanteurs et danseurs de Caughnawaga offrent un spectacle au pavillon des Indiens du Canada.

Participation d’amateurs dans les kiosques de l’Expo : le Trachtenkapelle Jung, de Salzbourg, Autriche ; le Oak Lawn Spartan Band ; le Regina Collegiate Orchestra ; Peru Central S. Indian Band ; A Piacere Three, d’Ottawa ; le Choeur laurentien, la Maîtrise du Chapitre de Québec ; le Ballet impérial du Canada et le Choeur André Beaumier de Shawinigan.

***

Jour 017
Dimanche 14 mai 1967
Météo : temps clair, 44 °F (6.5 °C) – 53 °F (11.6 °C)
318 047 visiteurs

À la fin de cette deuxième journée consacrée à l’Unité chrétienne, vingt-cinq mille chrétiens de toutes confessions clôturent les grandes manifestations du pavillon chrétien à l’Autostade. Les plus éminents représentants des huit Églises qui ont contribué à l’érection du pavillon Chrétien prennent la parole. Une messe de minuit est célébrée à l’église Saint-Jacques. À 17 h, il y a concélébration par un groupe de prêtres de différentes nationalités. C’est une religieuse, soeur Jacqueline Héroux qui prend la parole du haut de la chaire : une première.

Au pavillon du Judaïsme, c’est le Jour du souvenir présidé par le commissaire général du pavillon, Mordecai Kessler.

Pavillon du Judaïsme. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-059

Pavillon du Judaïsme. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-059

Au pavillon de l’URSS, Journée du Turkménistan. Chants et danses illustrant la vie culturelle de cette république soviétique. Un film sur la vie quotidienne au Turkménistan complète la journée.

Monsieur Dupuy reçoit les congressistes de la Chambre du commerce international au pavillon d’honneur Hélène de Champlain.

Premiers cours d’initiation à la musique au pavillon des Jeunesses musicales. Le premier titulaire est Detlef Krauss, d’Allemagne, qui traite des œuvres pour piano de Beethoven et de Brahms.

L’ourson de l’Himalaya qui fait la joie des enfants au Safari à La Ronde veut aussi faire sa tournée de l’Expo. Après plusieurs heures d’absence, qui ont donné aux agents de sécurité des angoi

Voir en ligne : http://archivesdemontreal.com/2017/...