Expo 67 au jour le jour : du 1er au 4 juin

, par Archives de Montréal

Une collaboration spéciale d’Yves Jasmin, directeur de l’Information, de la Publicité et des Relations publiques d’Expo 67 de mars 1964 à janvier 1968.

Projet de réédition initialement commandé à M. Jasmin par M. Michel Dumas, président de la Fondation Expo 67 de 2010 à 2015, sous la direction soutenue de M. Luc Beauchemin, designer et chercheur en patrimoine moderne. Complété avec la précieuse contribution de Mme Huguette Dussault, professeur d’histoire, pour la révision des textes français, et celle de Mme Diana Thébaud-Nicholson, consultante en communications, pour la révision anglaise.

Scène estivale / Gordon Beck et [?] McGee . Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX137-0039

Scène estivale / Gordon Beck et [?] McGee . Archives de la Ville de Montréal. VM94-EX137-0039

Jour 035
Jeudi 1er juin 1967 : Journée nationale de la Grande-Bretagne
Météo : temps clair, 59 °F (15 °C) – 74 °F (23,2 °C)
128 599 visiteurs

Pavillon de la Grande-Bretagne. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_4P102

Pavillon de la Grande-Bretagne. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_4P102

La crise du Moyen-Orient empêche le premier ministre britannique, monsieur Wilson, de venir à l’Expo ce premier juin tel que prévu. C’est le secrétaire d’État du Commonwealth, monsieur Herbert Bowden, qui préside ce matin à la Place des Nations la cérémonie d’ouverture de la Journée nationale de la Grande-Bretagne. Cette cérémonie est suivie d’une visite du pavillon de la Grande-Bretagne sur l’île Notre-Dame et d’un déjeuner au pavillon d’honneur Hélène-de-Champlain, offert par le commissaire général, monsieur Dupuy.

Mais cette journée n’est pas faite que de manifestations officielles. L’humour anglais triomphe. La Place des Nations, transformée en un immense Trafalgar Square gardé non plus par des lions, mais par d’énormes bouledogues blancs, devient le cadre d’un des spectacles les plus follement drôles présentés sur les îles. Pour inoculer aux spectateurs le spirit de la fière Albion, version 1967, le producteur du spectacle, John Wells a transformé 2 500 ans de l’histoire d’Angleterre en une série d’anachronismes.

Cent vingt jeunes gymnastes, garçons et filles, viennent rappeler de façon amusante, mais très convaincante les grandes invasions qu’ont connues les îles : les Centurions romains montent à l’assaut, chaussés de patins à roulettes, les Vikings surgissent à bicyclette, armés de raquettes de tennis au son de la Montée des Valkyries de Wagner, puis viennent les Normands en tracteurs chantant La Marseillaise. Joyeuses blagues dans une explosion d’humour et de haute voltige historique.

C’est en sirotant un thé glacé et la tête coiffée d’un Union Jack en papier que les spectateurs assistent à cette fête. Quant aux minijupes, d’un attrait irrésistible, leur nombre dépassait les prévisions les plus optimistes. John Wells lui-même commente : « Les Anglais n’ayant rien de mieux à faire inventèrent la Tradition ». Une foule de Beefeaters (traditionnels gardiens de la Tour de Londres), de matelots, de banquiers coiffés de bowlers entrent en scène au rythme de Winchester Cathedral le tube du moment et la marine anglaise les suit sur l’air de We all live in a Yellow Submarine des Beatles.

Pavillon de la Grande-Bretagne, le soir. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P074

Pavillon de la Grande-Bretagne, le soir. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P074

La minijupe, récemment apparue dans la mode féminine, n’a pas été oubliée. Une boutique montréalaise a glissé 30 de ses mannequins « minijupés » dans la parade qui partait du centre-ville.

Le pavillon français ne voulant pas être en reste a transformé sa lagune intérieure en un spectacle « fin de siècle » pour présenter la nouvelle pièce de Claude Mauriac Les Parisiens du dimanche, dont la musique, les costumes et le décor rappellent Toulouse Lautrec. C’est toujours saisissant de voir Guy de Maupassant avec son monocle qui accoste sa barque sur une île de la lagune du pavillon pour un déjeuner sur l’herbe en compagnie d’une comtesse déchue. Écrite spécialement pour ces représentations à l’Expo, la pièce de Mauriac sera reprise tous les soirs de juin.

Le pavillon soviétique ramène les enfants au siècle actuel en proposant à ses jeunes visiteurs des promenades dans l’espace, du cinéma, de la musique et un concours de dessins. Aussi, arrivée au quai Mark-Drouin d’un navire soviétique : le USSRS Raketa.

À l’auditorium Du Pont, c’est la troisième conférence internationale Maclean-Hunter. Le conférencier, monsieur Gabriel-Marie d’Arboussier, homme politique sénégalais, nous entretient de La coopération internationale, nouvelle dimension de l’homme.

Spectacles de groupes amateurs dans les kiosques de l’Expo : le Scottsboro High School Band, de l’Alabama ; le Lindsborg Swedish Dancers, du Kansas ; et le Tell City High School Marksmen Band, de l’Indiana.

                                     ***

Jour 036
Vendredi 2 juin 1967
Météo : temps clair, 69 °F (20,5 °C) – 78 °F (25,5 °C)
220 243 visiteurs

Vue aérienne du site et des pavillons. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. P67-Y_2

Vue aérienne du site et des pavillons. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P67-Y_2

Le ministre du Québec du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche, monsieur Gabriel Loubier est le premier visiteur de l’Expo à taquiner la truite dans un étang du parc Notre-Dame. Il vient inaugurer, en compagnie de monsieur Robert F. Shaw, sous-commissaire général de l’Expo, et d’un représentant du maire de Montréal, ce magnifique parc créé de toutes pièces par les architectes paysagistes de l’Expo, couvrant toute l’extrémité sud-ouest de l’île Notre-Dame. Ce parc sillonné de sentiers et de canaux entoure un lac de 60 acres. Avec l’arrivée de la belle saison, ce parc abondamment pourvu de tables à pique-nique et peuplé d’oiseaux et d’animaux sauvages va vite devenir un endroit rêvé pour visiteurs fatigués ou pour amoureux transis.

Affiche: EXPO: le spectacle du siècle. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P67-2_30 (V.23-150/16)

Affiche : EXPO : le spectacle du siècle. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P67-2_30 (V.23-150/16)

Les visites organisées de groupes d’écoliers prennent fin aujourd’hui. Elles reprendront en octobre. Au moins 200 000 écoliers en ont profité à ce jour.

Deux pièces de théâtre sont à l’affiche aujourd’hui à l’Expo : au pavillon de la France, c’est la reprise de la pièce de Claude Mauriac Les Parisiens du dimanche, mise en scène par Nicolas Bataille. Par ailleurs, le pavillon de la Jeunesse présente Le Pendu, de Serge Gurik, joué par le Théâtre de la Mandragore de Montréal qui vient de remporter les honneurs du Festival national d’art dramatique 1967 à St. John’s, Terre-Neuve.

Spectacles de groupes amateurs : le Schola Cantorum de l’University de l’ Arkansas ; le Woonsocket Senior High School Band, du Rhodes Island ; le University of Maryland Glee Club ; le Randolph East Mead High School Band, de Guys Mills, Pennsylvanie ; le St. George’s United Senior Church Choir, de Toronto et le Hamilton Police Pipe Band, de l’Ontario.

                                      ***

Jour 037
Samedi 3 juin 1967 : Journée spéciale des Nations unies
Météo : temps clair, 72 °F (22 °C) – 80 °F (26,6 °C)
296 383 visiteurs

Pavillon des Nations unies. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd025-030

Pavillon des Nations unies. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd025-030

Le secrétaire général des Nations unies, monsieur U Thant, étant retenu à New York pour une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur le conflit au Moyen-Orient, est remplacé par monsieur David B. Vaughan, sous-secrétaire chargé des services généraux. Monsieur Vaughan préside la cérémonie d’ouverture de la Journée spéciale de l’ONU à l’Expo.

Salué à son arrivée à la Place des Nations par une salve de mousquets de la Compagnie franche de la marine, monsieur Vaughan souligne dans son discours le rapprochement entre le thème de l’Expo 67, Terre des Hommes, et le rôle de l’ONU dans le monde. La cérémonie se termine par un chant folklorique nigérien Ye Ke Omoni (Dors mon enfant) entonné par 50 choristes venant de 29 pays différents, vêtus de leurs costumes nationaux respectifs. Quelques minutes plus tard, monsieur Vaughan se rend au pavillon des Nations unies dans l’île Notre-Dame pour présider l’inauguration officielle du pavillon.

Pavillon de l’URSS / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P031

Pavillon de l’URSS / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P031

Le pavillon de l’URSS marque la Journée de la République socialiste soviétique de Kirghizie. Diverses manifestations mettent en vedette cette république soviétique, dont un concert très apprécié donné par un groupe de musiciens kirghiz.

Après avoir été retardé en raison du mauvais état du terrain, le tournoi international de soccer débute enfin à l’Autostade. Neuf mille personnes assistent à la victoire de l’équipe d’Angleterre sur celle du Mexique au compte de 3 à 0. Des équipes autrichienne, allemande, belge et soviétique participeront également à ce tournoi.

Le Festival mondial poursuit toujours avec sa programmation de haut niveau. Aujourd’hui, une soirée de gala au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts marque la fin du concours international d’art vocal, tandis que l’Opéra royal de Stockholm présente à la salle Wilfrid Pelletier The Rake’s Progress de Stravinsky, dans une mise en scène du cinéaste Ingmar Bergman.

Spectacles de groupes amateurs : le Westmar Chorale, de l’Iowa le Hamilton Police Pipe Band ; le St. George’s United Senior Church Choir, de Toronto ; le Capital Chordettes of Harmony, d’Ottawa ; les Joyeux Croulants, d’Ottawa ; le Northernaires, de Rosemère et le Salvation Army Montreal Citadel Band.

                                      ***

Jour 038
Dimanche 4 juin 1967
Météo : temps clair, 74 °F (23,9 °C) – 78 °F (25,5 °C)
306 064 visiteurs

La première grande vague de chaleur de la saison se poursuit à Montréal.

Le manège La Pitoune / Charles Clément. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P140_16P019

Le manège La Pitoune / Charles Clément. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P140_16P019

En fin d’après-midi, 126 coups de canon échangés de part et d’autre soulignent d’une manière retentissante l’entrée dans le bassin Bickerdike de trois navires de guerre scandinaves : le destroyer suédois Halland, la frégate danoise Ingolf et la frégate finlandaise Matti Kurki ; elles effectuent une visite spéciale à l’Expo en prévision de la Journée de la Scandinavie le 8 juin. Ces trois navires demeureront amarrés au quai Mark-Drouin jusqu’au 11 juin.

Un jeune étudiant de l’Université Clark, de Worcester, Massachusetts, Marshall Kowitz, visite l’Expo incognito jusqu’au moment où l’on découvre qu’il était venu en bicyclette, soit une randonnée de près de 300 milles ! Parti le 27 avril de Worcester, le jeune Kowitz, armé d’un courage à toute épreuve, a mis plus d’un mois pour atteindre son but.

Au Tournoi international de soccer, l’équipe de l’URSS remporte une victoire de 6 à 2 contre l’équipe belge.

Venu à Montréal dans le cadre du Festival mondial, l’Opéra royal de Stockholm présente à la Place des Arts le dernier d’une brillante série de spectacles, avec Tristan und Isolde, de Wagner. Le rôle d’Isolde est chanté par la grande soprano suédoise Birgit Nilsson.

Spectacles de groupes amateurs : le Drury High School Concert Band, de North Adams, Massachusetts ; le Centennial Singers, de Whitby Township, Ontario ; les Variétés canadiennes, de Saint-Hyacinthe ; le Aos-Og and Queen Maeve Folk Dancers, de Longueuil et la Troupe lyrique du centre de Montréal.

Pavillons de l'Expo 67 la nuit / Rhéal Benny. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-028

Pavillons de l’Expo 67 la nuit / Rhéal Benny. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd007-028

Voir en ligne : http://archivesdemontreal.com/2017/...