Expo 67 au jour le jour : du 1er au 9 juillet

, par Suzanne Mathieu

Une collaboration spéciale d’Yves Jasmin, directeur de l’Information, de la Publicité et des Relations publiques d’Expo 67 de mars 1964 à janvier 1968.

Projet de réédition initialement commandé à M. Jasmin par M. Michel Dumas, président de la Fondation Expo 67 de 2010 à 2015, sous la direction soutenue de M. Luc Beauchemin, designer et chercheur en patrimoine moderne. Complété avec la précieuse contribution de Mme Huguette Dussault, professeur d’histoire, pour la révision des textes français, et celle de Mme Diana Thébaud-Nicholson, consultante en communications, pour la révision anglaise.

Vue du site la nuit. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P169

Vue du site, la nuit. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P169

Jour 065
Samedi 1er juillet : Journée nationale du Canada
Météo : temps couvert, 63 °F (17 °C) − 73 °F (23 °C)
330 303 visiteurs

L’arbre des Canadien, du pavillon du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_3P196

L’arbre des Canadien, du pavillon du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_3P196

La Journée nationale du Canada à l’Expo offre un feu roulant de manifestations toutes aussi grandioses les unes que les autres. En ce jour anniversaire de la Confédération canadienne, monsieur Lionel Chevrier, commissaire général aux visites d’État de 1967, représente le gouvernement canadien aux cérémonies officielles de la Place des Nations.

Un grand spectacle est offert aux visiteurs, Les Canadiens de demain, animé de main de maître par deux jeunes garçons de 11 et 13 ans. Le spectacle terminé, on partage un énorme gâteau de cinq étages pesant plus de 200 livres, préparé par une pâtisserie de Montréal ; autant de morceaux, autant de spectateurs ravis.

Pavillon du Canada / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P043

Pavillon du Canada / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P043

D’autres événements marquent cette Journée du Canada : l’arrivée de la famille du shérif Joe Sloan qui a parcouru en diligence les 250 milles qui séparent Montréal du comté de Pontiac, dans le nord-ouest du Québec et également l’arrivée, cette fois en kayak, de trois « voyageurs » partis le 22 mai de Rocky Mountain en Alberta.

Les groupes amateurs signalés sur les terrains de l’Expo sont : le Whitesboro Senior High
School and Chorale, de Marcy, N.Y. ; le Highland Lassies, d’Antigonish, Nouvelle-Écosse ; du Québec, Les Grenadiers Kiwanis, de Shawinigan ; L’Orphéon de Trois-Rivières ; Les Fantaisistes laurentiens, de Saint-Jérôme ; Los Camaros et le Marunczak Ukrainian Dance Ensemble, de Montréal.

***

Jour 066
Dimanche 2 juillet 1967
Météo : temps couvert, 72 °F (22 °C) − 71 °F (21,6 °C)
288 958 visiteurs

Promenade en mini-rail sur le site / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P025

Promenade en mini-rail sur le site / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P025

Journée étrangement calme à l’Expo 67. On attendait près d’un demi-million de visiteurs ! C’était une fin de semaine pivot, hier étant la fête nationale du Canada. Il faut dire que la chaleur estivale incite les Montréalais, qui forment toujours le noyau le plus solide de nos visiteurs, à fuir vers la campagne ou vers la mer ces jours-ci.

Jeune enfant épuisé d’une riche journée sur le site d’Expo 67. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P190

Jeune enfant épuisé d’une riche journée sur le site d’Expo 67. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P190

Trois navires américains se sont amarrés au quai Mark-Drouin, tout près d’Habitat 67 : le navire de recherche Discoverer et les escorteurs d’escadre Vesole et Ingraham.

Dans le cadre du Festival mondial, on applaudit la première du New York City Ballet qui gardera l’affiche à la salle Wilfrid Pelletier jusqu’au 5 juillet.

Voici la liste des groupes amateurs qui jouent dans les kiosques de l’Expo : le Cradock High School Chorus, de Portsmouth, Virginie ; le choeur Beauséjour, du Nouveau-Brunswick ; de l’Ontario, le Royal Canadian Legion Choraliers (Acton Branch) ; le Elmira District Secondary School Band et le Central Elgin Collegiate Institute Senior Band, de St. Thomas.

***

Jour 067
Lundi 3 juillet 1967
Météo : pluie, temps couvert, 66 °F (19 °C) − 69 °F (20,5 °C)
295 616 visiteurs

Le point marquant de cette journée mémorable est sans contredit la randonnée de la reine Élizabeth, en Minirail à travers l’Expo.

Intérieur du Katimavik, la pyramide inversée du pavillon du Canada / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P049

Intérieur du Katimavik, la pyramide inversée du pavillon du Canada / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_2P049

Tout le monde savait que la reine était à l’Expo. Et tous savaient que la partie de l’île Notre-Dame où sont situés les pavillons canadiens était fermée au public. Et la journée était vraiment maussade. Mais la nature a de ces caprices… Il a plu abondamment tout l’avant-midi et, comme disaient les journalistes, la visite royale risquait de sombrer dans l’ennui le plus total.

Mais la randonnée de 40 minutes en Minirail, une idée du premier ministre, sauva la situation. En fait, l’idée est venue de la reine elle-même qui voyait passer le Minirail au-dessus du pavillon canadien où elle déjeunait, ce qui l’a amené à proposer à monsieur Pearson de prendre ce moyen de transport pour visiter l’Exposition. Sous un ciel devenu radieux, la foule put ainsi apercevoir la souveraine.

Le minirail circulant devant le pavillon de la Grande-Bretagne / Office national du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-067

Le minirail circulant devant le pavillon de la Grande-Bretagne / Office national du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-067

Somme toute, la visite du couple royal à l’Expo fut un succès. Elle prenait fin avec un dîner officiel à bord du Britannia. Ajoutons ici cette intéressante anecdote qui ne s‘était pas rendue jusqu’à la salle de rédaction du journal de bord à l’époque. Invité à ce dîner, le sous-commissaire général de l’Expo, Robert F. Shaw, n’étant pas un diplomate de carrière, a manqué au protocole qui interdit d’interpeller la reine et il lui a dit : « Vous avez eu une initiative sensationnelle. Ce voyage en Minirail a soulevé la foule ». Et la reine de répondre : « Vous savez, on me protège beaucoup. Je sais qu’il y a des risques, cela fait partie du métier. Mais il est important que je sois vue. Vous avez une merveilleuse exposition et je vous en félicite ».

Autre visite remarquée ce jour-là, celle de monsieur Jack Lillico, venu de Vancouver dans une Ford T de 1923.

Aux amateurs de Rythm & Blues, le Festival mondial a offert en première Otis Redding Show, à l’Expo Théâtre.
Et les groupes amateurs suivants jouaient dans les kiosques de l’Expo : le Kuper Island Indian Residential School Band, de Chemainus, Colombie-Britannique ; le Terranovans, de St. Johns, Terre-Neuve ; le Kennan Collegiate Vocational Institute Senior Band, de Peterborough, Ontario ; le Fort Frances High School Concert Band, de Fort Frances, Ontario ; et le David Katz Children’s Mandolin Orchestra, d’Outremont, Québec.

***

Jour 068
Mardi 4 juillet 1967
Météo : 65 °F (18 °C) − 69 °F (20,5 °C)
324 920 visiteurs

Les étudiants de l’école Marie Favery ont présenté un pain de 10 pieds de long au pavillon de l’Homme et l’Agriculture. Ce pain, cuit par Roland Duprat, un étudiant de l’école, se voulait le symbole de la prise de conscience des jeunes devant les problèmes de la faim dans le monde.

Les quais de la marina de l’Expo ont été pris d’assaut ce matin par 157 yachts de plaisance qui s’y sont amarrés en quelques heures. Tous venaient de la région de Toronto via la voie maritime du Saint-Laurent, dans le cadre des fêtes du centenaire de la Confédération.

Détail du pavillon des États-Unis. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P125

Détail du pavillon des États-Unis. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P125

Les Américains célèbrent leur fête nationale dans leur pavillon. D’abord, un discours du commissaire général du pavillon, monsieur Stanley R. Tupper, ensuite distribution de 35 000 petits drapeaux, puis banquet en soirée pour les employés du pavillon.

La pavillon L’Homme interrogie l’univers, composé de quatre parties, dont L’Homme et la vie / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P026

Le pavillon L’Homme interroge l’univers, composé de quatre parties, dont L’Homme et la vie / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P026

Deux singes du pavillon L’Homme et la Vie se sont payé une fugue d’adolescents. Ils ont un peu plus de deux ans et c’est l’âge de la puberté pour eux, selon les zoologistes. En grimpant parmi les poutres d’acier jusqu’aux encoignures les moins accessibles du pavillon, ils ont trouvé toutes sortes d’objets laissés par les constructeurs : boîtes de conserve, paquets de cigarettes, rivets, morceaux de bois, etc. Ils ont eu la partie belle pour bombarder le pavillon de ces projectiles. Personne n’a été blessé, mais on a dû fermer le pavillon jusqu’à ce que ces fêtards soient suffisamment convaincus de leur responsabilité à l’endroit de Terre des Hommes pour cesser ces jeux d’enfants, soit en fin de soirée.

Le monde universitaire est à l’honneur. L’Expo accueille monsieur Peisach, directeur de l’Université Albert Einstein, de New York et monsieur Frank, directeur de l’Université d’Alberta.

Dans le domaine international, visite officieuse du vice-président du Liberia.

Au théâtre Maisonneuve, la troupe du Rideau Vert présente La Vie est un Songe de Calderon.

Les groupes amateurs suivants jouent dans les kiosques de l’Expo : le Arrowhead High School Band and Choir, de Hartland, Wisconsin ; le Edmonton Lutheran Centennial Choir, de l’Alberta ; le Fort Frances High School Concert Band et le Heatherbelles, de Toronto ; et le David Katz Children’s Mandolin Orchestra, d’Outremont, Québec.

***

Jour 069
Mercredi 5 juillet 1967
Météo : 64 °F (18 °C) − 63 °F (17 °C)
329 619 visiteurs

Jeunes femmes qui dansent devant le groupe rock les Sinners au pavillon de la jeunesse / Patricia Ling. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P132-2_021-011

Jeunes femmes qui dansent devant le groupe rock les Sinners au pavillon de la jeunesse / Patricia Ling. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P132-2_021-011

« L’Expo attire une nuée d’adolescents », selon le lieutenant Eugène Grefford du service de la police de Montréal. En effet, on n’a jamais vu pareille affluence de garçons aux cheveux longs et de filles en mini-jupes. Ils égayent et colorent les avenues des îles et le soir venu, ils se retrouvent au Village canadien pour une sauterie au son de l’accordéon ou encore au Paradoxe, discothèque spécialement ouverte pour eux à la Place des Nations. Depuis un mois, environ 5 000 danseurs ont évolué sur cette scène improvisée à la belle étoile.

Une centaine de savants canadiens et américains ont visité jusqu’ici le pavillon L’Homme et la Santé où l’on expose le robot miracle et le laboratoire biochimique automatique de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal.

Toujours dans le domaine scientifique, un incident plutôt inusité s’est produit au pavillon de l’URSS. Trois hommes de science y donnaient une communication sur la région de l’Arctique quand l’auditoire s’est mis à taper des mains à l’unisson, forçant les conférenciers au silence. C’est la première fois qu’un groupe de visiteurs proteste ainsi lors d’une manifestation d’ordre culturel.

Arrivé à Montréal de l’incomparable et toujours jeune Maurice Chevalier qui vient participer pendant un mois au grand spectacle Toutes voiles dehors à l’Autostade. Chevalier se dit lui-même « terriblement en forme ».

Autre visiteur peu banal, Jimmy Riddel. Ce cycliste de 23 ans arrive directement de Vancouver après une randonnée de près de 4 000 milles en territoire canadien, effectuée précisément en 67 jours de bicyclette.

Habitat 67 / Gilbert Ouellet. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P007

Habitat 67 / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P007

Habitat 67 a coûté 22 195 920 $, a-t-on annoncé à la Chambre des Communes à Ottawa. On remarque un intérêt croissant pour ce projet d’habitation urbaine, si on en juge par les queues qui se forment au pied des ascenseurs conduisant au 12e étage.

À l’affiche de l’Expo Théâtre, The Turtles et Every Mother’s Son.

Au théâtre Port-Royal, le célèbre pianiste suisse Karl Engel, dans des oeuvres de Mozart, Gluck, Rudolf Kalterborn, Albert Moeschinder et Raffaele d’Allessandro.

Dans les kiosques à musique : le Killarney Glee Club, du Manitoba et le Waterford District High School Band, de l’Ontario.

***

Jour 070
Jeudi 6 juillet 1967
Météo : temps clair, 66 °F (19 °C) − 70 °F (21 °C)
310 897 visiteurs

Le sénateur Robert Kennedy, arrivé à Montréal hier avec sa femme et sept de ses enfants pensait visiter l’Expo incognito. Mais comment rester incognito quand on est Bob Kennedy ! Vite reconnu et acclamé, cela ne l’a pas empêché de bien s’amuser avec toute la famille. Après les visites traditionnelles dans les pavillons, on les a tous retrouvés à La Ronde où ils ont fait leur tour de « Pitoune » et de « Gyrotron », à la satisfaction générale.

Vue rapprochée du Gyrotron / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P061

Vue rapprochée du Gyrotron / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P061

Un autre sénateur américain, monsieur McNight, du Minnesota, a visité l’Expo aujourd’hui.

Le navire-école américain, Empire State IV, jaugeant 12 000 tonneaux et transportant 350 cadets de la marine, est au quai Mark-Drouin aujourd’hui.

« Plus il y a de visiteurs à l’Expo, plus on doit dépenser pour leurs besoins. Les revenus ne suivent donc pas proportionnellement, les frais augmentent plus rapidement que les recettes », a déclaré Robert Shaw, sous-commissaire général de l’Exposition. D’une part, il y a plus de frais d’entretien. Et, d’autre part, les Montréalais qui visitent l’Expo sont de plus en plus nombreux, mais ils dépensent évidemment moins que les visiteurs de l’extérieur. C’est ainsi les recettes de l’Expo sont inférieures de 5 millions aux recettes prévues.

Pavillon de la Suisse / Office national du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-024

Pavillon de la Suisse / Office national du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-024

« La musique suisse d’aujourd’hui est vraiment mal connue en Amérique du Nord et il faut des événements comme l’Expo 67 pour que des manifestations de ce genre soient organisées », écrit le critique musical Gilles Potvin dans La Presse. Il ajoute : « Toutes les oeuvres suisses présentées ont été admirablement défendues par quatre grands instrumentistes, qu’ils soient remerciés et félicités ». Il s’agit des solistes Aurèle Nicolet (flûte), Heinz Holliger (hautbois), Ursula Holliger (harpe) et Jurg Wittenbach (piano).

Le pavillon de la Jeunesse, en collaboration avec l’Association canadienne des Nations Unies, a organisé une intéressante rencontre au cours de laquelle le rôle du Canada dans les événements internationaux a été discuté. Les conférenciers sont messieurs Michel Brunet, John Holmes et Louis de Salaberry.

***

Jour 071
Vendredi 7 juillet 1967
Météo : temps clair, 67 °F (19,5°C) − 75 °F (24 °C)
254 593 visiteurs

Après un début d’été plutôt frisquet, les visiteurs apprécient de plus en plus les rayons d’un bienfaisant soleil de juillet, amenant les promeneurs fatigués au bord des fontaines et des pièces d’eau pour s’y tremper les pieds. On a même vu trois gamins sauter tout habillés dans le bassin face au musée d’Art, au pavillon du Génie créateur de l’Homme et faire quelques bons coups de brasse.

Pavillon des États-Unis / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P027

Pavillon des États-Unis / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P027

Le pavillon des États-Unis soulève les commentaires les plus divers parfois même les plus contradictoires. Aujourd’hui, c’est au tour de madame Ethel Kennedy, épouse du sénateur Robert Kennedy, de donner son opinion lors d’une conférence de presse : « Le pavillon américain est aéré, léger, amusant ; j’ai bien aimé y voir Humphrey Bogart et W.C. Fields ».

On nous apprend que deux jeunes frères, Teddy et Jeff Whitmore, respectivement 11 et 9 ans, partent très tôt ce matin de leur petite ville de Needham au Massachusetts, pour venir à l’Expo dans une voiturette tirée par un poney, une distance de quelque 350 milles !

L’Expo s’est déjà acquis la réputation d’être d’une remarquable propreté. Si on admire la belle tenue de ses terrasses et avenues, on le doit à une équipe de 650 hommes manoeuvrant un équipement des plus modernes, comme nous l’apprend aujourd’hui l’ingénieur Steve Staples, responsable de l’aménagement paysager du site.

Au pavillon de la Jeunesse, on traite de sujets sérieux. L’Union générale des étudiants du Québec organise une rencontre pour examiner la question du monde étudiant comme facteur de changement social.

La Ronde est particulièrement populaire ces jours-ci. On glisse à la Pitoune, on grimpe au Gyrotron et on fait la queue au pub anglais et à la brasserie bavaroise.

La Ronde / Gilbert Ouellet. - 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P053

La Pitoune à la Ronde / Gilbert Ouellet. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. P123_1P053

Les 26 membres du Esso Steel Drum Band de Trinidad sont arrivés à Montréal pour un séjour d’au moins un mois au pavillon commun de Trinidad & Tobago et Grenade. C’est à la place Ville-Marie, au coeur de Montréal, qu’ils ont présenté leur premier concert.

Cet après-midi, la fanfare Fort Henry Guard donne un concert au pavillon de l’Ontario.

Toujours dans la veine musicale, le pavillon du Canada offre un récital d’orgue avec l’organiste autrichien Barry Cabena.

Au théâtre Port-Royal, c’est le premier concert de l’orchestre suisse Collegium Musicum : des oeuvres de Stamitz, Schoeck, Renze et Mozart, sous la direction du chef Paul Sacher.

À la salle Wilfrid Pelletier, l’Orchestre symphonique de Montréal présente la première de Faust de Gounod, sous la direction du maestro Pelletier lui-même.

Et dans les kiosques de l’Expo : le Ray Clovodeo Accordion Band, de Palmyre, Pennsylvanie ; le St. Peter’s Choristers, d’Albany, N.Y. ; et la chorale Vol-au-Vent, de Roberval, Québec.

***

Jour 072
Samedi 8 Juillet 1967 : Journée spéciale de la Saskatchewan
Météo : temps couvert, 73 °F (23 °C) – 77 °F (25 °C)
305 343 visiteurs

C’est le ministre des Travaux publics de la Saskatchewan qui a présidé aux cérémonies officielles à la Place des Nations, devant une foule de spectateurs parmi lesquels avait pris place monsieur John Diefenbaker, originaire de cette province et ancien premier ministre du Canada.

Pavillon des provinces de l’Ouest. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P211

Pavillon des provinces de l’Ouest. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P211

Monsieur Gardiner a prononcé son discours en anglais et en français, invitant la foule à visiter l’Ouest du pays à l’occasion du centenaire du Canada. Pour cette occasion, monsieur Shaw, le sous-commissaire général de l’Exposition, remplaçait monsieur Dupuy en vacances. Il a qualifié la Saskatchewan de « jeune géant qui grandit au centre du Canada ».

Vingt-sept artistes, formant le Saskatchewan Parade of Stars, ont exécuté des numéros musicaux et athlétiques fort remarqués, ajoutant ainsi à l’éclat de la Journée spéciale de cette province. La fanfare North Battleford Kinsmen et le corps des majorettes Centennial Roses ont été particulièrement applaudis.

Deux visiteurs de marque à l’Expo aujourd’hui, le lieutenant-gouverneur du Manitoba, monsieur Bowles et le Dr Émile Zinsou, ministre des Affaires extérieures du Dahomey.

Vue générale de l’île Notre-Dame / Office nationale du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-042

Vue générale de l’île Notre-Dame / Office nationale du film du Canada. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM94-EXd281-042

Le baryton canadien Victor Conrad Braun a donné au pavillon du Canada deux récitals d’une belle tenue artistique.

Et les groupes d’amateurs suivants ont joué dans les kiosques de l’Expo : le Salvation Army Danforth Songsters, de l’Ontario ; les Fantaisistes, de Québec ; les Mutins de Longueuil et Claude Simard, de Montréal.

***

Jour 073
Dimanche 9 juillet 1967
Météo : temps couvert 72 °F (23 °C) − 73 °F (23 °C)
261 498 visiteurs

Au pavillon de la Jeunesse a lieu la première du Festival international de marionnettes auquel six pays prennent part : l’Allemagne, la Tchécoslovaquie, la France, l’Autriche, la Pologne et le Canada. On y présente d’abord les marionnettes des Tchèques Spejbl et Hurvinek de même que les réalisations du célèbre Trnka et ensuite, au pavillon de l’Allemagne, les marionnettes de Ina von Vacaho et d’Albrecht Roser.

Pavillon de l’Allemagne. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P175

Pavillon de l’Allemagne. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_1P175

Dans une interview accordée aux journalistes, George Pallis, responsable de la division des restaurants à l’Expo, a mis l’accent sur la propreté et la qualité des mets préparés par les restaurants, en précisant que sur 80 millions de repas servis jusqu’ici il n’y eut que quelque 70 cas d’intoxication, ce qui constitue un record, ajoute-t-il.

On rapporte peu de vols à l’Expo. Une hôtesse du pavillon des provinces de l’Atlantique signale cependant qu’un nombre assez important de petits galets entourant le pavillon disparaissent petit à petit. « Ils vont probablement servir comme presse-papiers », dit-elle. Les autorités du pavillon ne s’en plaignent pas. On songe même à en faire venir d’autres.

Quarante-trois adolescents canadiens sont arrivés à l’Expo à bord de deux voiliers-écoles de la Ligue navale canadienne : le St. Lawrence II et le Pathfinder, amarrés à la marina de l’Expo.

Vue d’une partie du site, la nuit. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P119

Vue d’une partie du site d’Expo 67, la nuit. – 1967. Archives de la Ville de Montréal. VM97-Y_2P119

Aux régates d’hydroglisseurs de Valleyfield, disputées devant quelque 50 000 spectateurs dans le cadre des compétitions sportives organisées par l’Expo, les Canadiens ont remporté les six premiers prix. Les Américains ont toutefois retenu l’attention par la performance du Californien Ron Hill qui a conduit l’appareil C-2 de Harry Berthelman, de Casto Valley en Californie, à une vitesse horaire moyenne de presque 70 milles [exactement 69.984 mph] remportant le prix de mille dollars.

Les groupes amateurs suivants ont joué dans les kiosques de l’Expo : le Watsonville Band, de Californie ; le Troy Folk Singers et le Troy High School Band, de Pennsylvanie ; le Roltava Dance Ensemble, de Regina, Sask. ; le Gardson High School Band, de l’Alberta ; le Southern Victoria Pipe Band, d’Andover, N.-B. et le Boyan Choir of Ukrainian Youth Association, de Montréal.

***

Voir en ligne : http://archivesdemontreal.com/2017/...