Fermeture de magasins de la chaîne Target au Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’arrivée de Target au Canada, en mars 2013, se fait en grande pompe. Elle survient deux ans après que cette chaîne américaine ait fait l’acquisition des baux commerciaux de Zellers, un autre géant du commerce de détail. Quelques mois plus tard, sept magasins sont ouverts au Québec. On estime que, dans cette province, la valeur du commerce de détail s’élèverait à plus de 100 milliards de dollars. Mais selon des observateurs, la partie sera rude pour Target qui doit faire face à une forte compétition, dont le géant Walmart, implanté au Canada depuis plusieurs années. De fait, les débuts de Target s’avèrent difficiles, ses pertes étant évaluées à 2 milliards de dollars pour tout le Canada. Le 15 janvier 2015, la chaîne annonce qu’elle met fin à son aventure canadienne : 133 magasins, offrant du travail à 17 600 personnes, seront fermés. Selon le président directeur général Brain Cornell : « C’est une décision difficile, mais c’était la bonne décision. » Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer cet échec, dont des prix plus élevés que prévus, une gestion des stocks inadéquate et une méconnaissance des exigences des consommateurs canadiens. D’autres mettent l’accent sur le fait que Target a vu trop grand ou que ses dirigeants auraient eu avantage à être plus patients. Cette chaîne emploie toujours plus de 330 000 personnes aux États-Unis. Plusieurs centres commerciaux du Québec se retrouvent de leur côté avec un problème de location d’espace, les magasins Target occupant des surfaces importantes. L’arrivée de Target au Canada, en mars 2013, se fait en grande pompe. Elle survient deux ans après que cette chaîne américaine ait fait l’acquisition des baux commerciaux de Zellers, un autre géant du commerce de détail. Quelques mois plus tard, sept magasins sont ouverts au Québec. On estime que, dans cette province, la valeur du commerce de détail s’élèverait à plus de 100 milliards de dollars. Mais selon des observateurs, la partie sera rude pour Target qui doit faire face à une forte compétition, dont le géant Walmart, implanté au Canada depuis plusieurs années. De fait, les débuts de Target s’avèrent difficiles, ses pertes étant évaluées à 2 milliards de dollars pour tout le Canada. Le 15 janvier 2015, la chaîne annonce qu’elle met fin à son aventure canadienne : 133 magasins, offrant du travail à 17 600 personnes, seront fermés. Selon le président directeur général Brain Cornell : « C’est une décision difficile, mais c’était la bonne décision. » Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer cet échec, dont des prix plus élevés que prévus, une gestion des stocks inadéquate et une méconnaissance des exigences des consommateurs canadiens. D’autres mettent l’accent sur le fait que Target a vu trop grand ou que ses dirigeants auraient eu avantage à être plus patients. Cette chaîne emploie toujours plus de 330 000 personnes aux États-Unis. Plusieurs centres commerciaux du Québec se retrouvent de leur côté avec un problème de location d’espace, les magasins Target occupant des surfaces importantes. Source : http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/01/15/001-target-fermeture-quebec-levis-magasins.shtml  ;
http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201501/15/01-4835641-pourquoi-target-a-rate-la-cible.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4835645_article_POS1  ;
http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/commerce-de-detail/target-a-manque-de-patience---jacques-nantel/575445

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...