Fermeture des magasins Aventure électronique

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Dans un communiqué, les dirigeants de cette chaîne de distribution de produits électroniques soulignent que leur décision a été rendue inévitable à la suite de la perte du support financier de leurs principaux créanciers. La Banque de Nouvelle-Écosse, de loin le principal créancier garanti avec une créance de près de 36 millions de dollars, avait émis un avis de défaut il y a une semaine et demie. Aventure électronique n’ayant pu trouver les fonds nécessaires au rétablissement de sa situation, la chaîne, qui était engagée dans un plan de redressement depuis le début de 1998, a dû se résigner à fermer ses 143 magasins. Cette entreprise avait été fondée en 1989 par Robert Fragman. Dans un communiqué, les dirigeants de cette chaîne de distribution de produits électroniques soulignent que leur décision a été rendue inévitable à la suite de la perte du support financier de leurs principaux créanciers. La Banque de Nouvelle-Écosse, de loin le principal créancier garanti avec une créance de près de 36 millions de dollars, avait émis un avis de défaut il y a une semaine et demie. Aventure électronique n’ayant pu trouver les fonds nécessaires au rétablissement de sa situation, la chaîne, qui était engagée dans un plan de redressement depuis le début de 1998, a dû se résigner à fermer ses 143 magasins. Cette entreprise avait été fondée en 1989 par Robert Fragman. Source : Le Devoir, 17 novembre 1998, p.B2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...