Fin de la Crise d’Oka

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, dira de cet été mouvementé : « C’est la crise la plus difficile de mes 15 années de pouvoir. » Un an plus tard, le 26 août 1991, le gouvernement fédéral instaurera une Commission d’enquête chargée d’étudier l’évolution des relations entre les peuples autochtones, le gouvernement du Canada et la société candienne dans son ensemble. Son rapport, publié en 1996, met en évidence la « nécessité d’une restructuration complète des relations entre les peuples autochtones et non autochtones du Canada ».Le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, dira de cet été mouvementé : « C’est la crise la plus difficile de mes 15 années de pouvoir. » Un an plus tard, le 26 août 1991, le gouvernement fédéral instaurera une Commission d’enquête chargée d’étudier l’évolution des relations entre les peuples autochtones, le gouvernement du Canada et la société candienne dans son ensemble. Son rapport, publié en 1996, met en évidence la « nécessité d’une restructuration complète des relations entre les peuples autochtones et non autochtones du Canada ». Source : L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.203. Don Gilmour, Achille Michaud, Pierre Turgeon, Le Canada : une histoire populaire de la Confédération à nos jours, Saint-Laurent, Fides, 2001, p.318.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...