Fin de la visite en Europe du premier ministre du Québec, Jean Lesage

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au cours de sa visite en Grèce, Lesage obtient un doctorat honoris causa de l’Université Panteios et est décoré de l’Ordre royal du Phénix par le roi Constantin. En France, il est reçu à l’Élysée par le président de Gaulle, le 12 novembre, ainsi que par le premier ministre Georges Pompidou avec qui il a un entretien à l’hôtel Matignon. Le développement des relations culturelles entre le Québec et la France est au coeur des discussions, tout comme la question de la représentation de la délégation québécoise en France. Lesage déclare à ce sujet : « ...nous ne demandions pour la délégation générale ni un statut diplomatique ni un statut consulaire, mais un statut spécial qui permettrait à notre délégation de travailler dans les conditions les plus favorables possibles, statut que nous voulions semblable à celui qui est accordé à notre agence générale à Londres. Cela est maintenant pratiquement acquis et j’en suis heureux. » Au terme de la rencontre avec le président de Gaulle, on dévoile les grandes lignes d’une entente de principe bilatérale portant sur la Coopération dans le domaine de l’éducation. Lesage profite également des derniers jours de sa visite pour inviter de Gaulle au Québec, ainsi que les ministres des Affaires extérieures et des Affaires culturelles, Maurice Couve de Murville et André Malraux.Au cours de sa visite en Grèce, Lesage obtient un doctorat honoris causa de l’Université Panteios et est décoré de l’Ordre royal du Phénix par le roi Constantin. En France, il est reçu à l’Élysée par le président de Gaulle, le 12 novembre, ainsi que par le premier ministre Georges Pompidou avec qui il a un entretien à l’hôtel Matignon. Le développement des relations culturelles entre le Québec et la France est au coeur des discussions, tout comme la question de la représentation de la délégation québécoise en France. Lesage déclare à ce sujet : « ...nous ne demandions pour la délégation générale ni un statut diplomatique ni un statut consulaire, mais un statut spécial qui permettrait à notre délégation de travailler dans les conditions les plus favorables possibles, statut que nous voulions semblable à celui qui est accordé à notre agence générale à Londres. Cela est maintenant pratiquement acquis et j’en suis heureux. » Au terme de la rencontre avec le président de Gaulle, on dévoile les grandes lignes d’une entente de principe bilatérale portant sur la Coopération dans le domaine de l’éducation. Lesage profite également des derniers jours de sa visite pour inviter de Gaulle au Québec, ainsi que les ministres des Affaires extérieures et des Affaires culturelles, Maurice Couve de Murville et André Malraux. Source : Le Devoir, 5 novembre 1964, p.1, 6 novembre 1964, p.1 et 19, 10 novembre 1964, p.3, 11 novembre 1964, p.1, 12 novembre 1964, p.1 et 10, 13 novembre 1964, p.1 et 14 novembre 1964, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...