Fin des célébrations du 300e anniversaire de la Grande Paix de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Des centaines de participants (artisans, artistes, marchands et autres) prennent part aux festivités qui clôturent une saison d’activités marquée sous le sceau du rapprochement entre les nations amérindiennes. Selon Francine Lelièvre, qui agit comme co-présidente de l’événement, le rassemblement prévu ne se veut pas une reconstitution historique du 4 août 1701, mais bien une occasion de célébrer « la diversité des cultures autochtones vivantes, ce qui a réussi dans les traditions à traverser le
temps » En tout, les activités commémorant le Grande Paix de Montréal auront coûté environ 3 millions de dollars. Des centaines de participants (artisans, artistes, marchands et autres) prennent part aux festivités qui clôturent une saison d’activités marquée sous le sceau du rapprochement entre les nations amérindiennes. Selon Francine Lelièvre, qui agit comme co-présidente de l’événement, le rassemblement prévu ne se veut pas une reconstitution historique du 4 août 1701, mais bien une occasion de célébrer « la diversité des cultures autochtones vivantes, ce qui a réussi dans les traditions à traverser le
temps » En tout, les activités commémorant le Grande Paix de Montréal auront coûté environ 3 millions de dollars. Source : Le Devoir, 3 août 2001, p.A1, 4 août 2001, p.A3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...