Fin du voyage spatial de Guy Laliberté

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Guy Laliberté devient le septième « touriste de l’espace », une expression utilisée pour décrire les civils qui défraient d’importants montants d’argent pour vivre une expérience spatiale aux côtés d’un équipage de spécialistes. On estime à 35 millions de dollars la somme qu’il aurait dépensée à cette occasion. Les étapes précédant le départ de Laliberté, dont son entraînement, sont suivies avec intérêt au Québec où un débat s’engage sur la pertinence de tels vols. L’apprenti cosmonaute s’envole finalement le 30 septembre à partir de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Tout se déroule sans anicroches et des images de Laliberté, entouré des membres de la mission sur la station spatiale internationale, sont diffusées. Ce voyage sert également au fondateur du Cirque du Soleil et à l’organisme One Drop, qu’il a mis sur pied, à faire avancer une cause qui leur tient à coeur : la sensibilisation à l’importance de l’eau pour l’avenir du genre humain. Dans cette optique, un spectacle à grand déploiement est présenté le 9 octobre. Intitulé « De la Terre aux étoiles pour l’eau », il met en vedette des personnalités préoccupées par la cause environnementaliste - Al Gore, David Suzuki, etc. - ainsi que des artistes de réputation internationale - Bono, Peter Gabriel, Garou, etc. Portant fièrement le nez de clown qui est devenu sa marque de commerce, Guy Laliberté revient sur Terre le 12 septembre. Guy Laliberté devient le septième « touriste de l’espace », une expression utilisée pour décrire les civils qui défraient d’importants montants d’argent pour vivre une expérience spatiale aux côtés d’un équipage de spécialistes. On estime à 35 millions de dollars la somme qu’il aurait dépensée à cette occasion. Les étapes précédant le départ de Laliberté, dont son entraînement, sont suivies avec intérêt au Québec où un débat s’engage sur la pertinence de tels vols. L’apprenti cosmonaute s’envole finalement le 30 septembre à partir de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Tout se déroule sans anicroches et des images de Laliberté, entouré des membres de la mission sur la station spatiale internationale, sont diffusées. Ce voyage sert également au fondateur du Cirque du Soleil et à l’organisme One Drop, qu’il a mis sur pied, à faire avancer une cause qui leur tient à coeur : la sensibilisation à l’importance de l’eau pour l’avenir du genre humain. Dans cette optique, un spectacle à grand déploiement est présenté le 9 octobre. Intitulé « De la Terre aux étoiles pour l’eau », il met en vedette des personnalités préoccupées par la cause environnementaliste - Al Gore, David Suzuki, etc. - ainsi que des artistes de réputation internationale - Bono, Peter Gabriel, Garou, etc. Portant fièrement le nez de clown qui est devenu sa marque de commerce, Guy Laliberté revient sur Terre le 12 septembre. Source : La Presse, 10 octobre 2009, p. A6-A7, 13 octobre 2009, p. A11 ; Le Devoir, 10 et 11 octobre 2009, p. A2-A3. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2009/10/11/001-Laliberte-retour.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...