Fondation de la Société québécoise d’initiatives pétrolières

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

En créant la Soquip, le gouvernement du Québec espère éventuellement être en mesure de réduire sa dépendance énergétique (pétrole, gaz naturel). Au départ, cette Société d’État profite d’un capital de 15 millions de dollars versé à raison de 1,5 millions de dollars par année. En 1980, le gouvernement du Parti québécois (PQ) permettra à la Soquip « dans un objectif de rentabilité, d’acheter, d’importer, de transporter, de faire affiner, de commercialiser ou de vendre des hydrocarbures. » Au cours des années qui suivront, la Soquip fera de la distribution du gaz naturel une de ses priorités. En créant la Soquip, le gouvernement du Québec espère éventuellement être en mesure de réduire sa dépendance énergétique (pétrole, gaz naturel). Au départ, cette Société d’État profite d’un capital de 15 millions de dollars versé à raison de 1,5 millions de dollars par année. En 1980, le gouvernement du Parti québécois (PQ) permettra à la Soquip « dans un objectif de rentabilité, d’acheter, d’importer, de transporter, de faire affiner, de commercialiser ou de vendre des hydrocarbures. » Au cours des années qui suivront, la Soquip fera de la distribution du gaz naturel une de ses priorités. Source : Marc Vallières, Des mines et des hommes : histoire de l’industrie minérale québécoise, Québec, Les Publications du Québec, 1989, p.253-255. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.432-436.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...