Georges-Henri Lévesque, le « père fondateur » de l’École des sciences sociales, politiques et économiques de l’Université Laval

, par Instantanés

 

Le 28 février 1938, en présence de l’élite laïque et ecclésiastique de la ville de Québec, le père Georges-Henri Lévesque prononce une conférence intitulée À la recherche du paradis perdu [1]. Cette allocution s’inscrit dans le cadre d’une soirée organisée en l’honneur du cardinal chancelier de l’Université Laval, Mgr Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve. Une chorale féminine, sous la direction de Maurice Blackburn, interprète les chants du programme musical de cette « conférence-concert » présentée au Palais Montcalm.

Programme, 28 février 1938. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S3.D9).

 

Programme, 28 février 1938. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S3.D9).

 

 

Le directeur et les membres de la chorale féminine. À la droite de Maurice Blackburn, sa future femme, Marthe Morisset, [février 1938]. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S3,D7). Photographe non identifié.

 

 

 

À la fin de la soirée, le cardinal chancelier de l’Université Laval, appelé à remercier le conférencier, annonce en grande primeur la création d’une École des sciences sociales, politiques et économiques à l’Université Laval dont le père Georges-Henri Lévesque, instigateur de ce projet, sera le directeur. Mgr Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve, évoquant le thème de la conférence du père Lévesque, conclut son discours en soulignant qu’il y a « lieu d’espérer que, si nous ne retrouvons pas le paradis perdu, nous serons quand même dans le chemin pour y arriver » [2].

 

 

 

Le cardinal Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve, [juillet 1938]. BAnQ Vieux-Montréal (P833,S1,D1815). Photographe non identifié.

 

 

 

L’École des sciences sociales, politiques et économiques de l’Université Laval ouvre ses portes le 3 octobre 1938. Le père Georges-Henri Lévesque déclare, dans son allocution d’ouverture de la nouvelle institution d’enseignement supérieur, « Après le jour de mon ordination, ce premier jour de l’École est le plus beau de ma vie… » [3].

 

 

Premiers étudiants de l’École des sciences sociales, politiques et économiques de l’Université Laval (première rangée au centre, en blanc, le père Georges-Henri Lévesque), 3 octobre 1938. BAnQ Vieux-Montréal (P283). Photographe : Turcotte & Gousse enr’g.

 

 

 

L’École des sciences sociales, politiques et économiques de l’Université Laval, devenue la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval en 1943, va assurer la formation de plusieurs acteurs de la Révolution tranquille. Homme aux idées libérales, de la trempe des pionniers et des bâtisseurs, Georges-Henri Lévesque est d’ailleurs considéré comme un des pères de la Révolution tranquille.

 

 

Marthe Léger, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

 

 

Références :

 

[1] Le père Georges-Henri Lévesque, alors professeur de théologie et de sociologie au Collège dominicain d’Ottawa, a déjà prononcé cette conférence à Ottawa le 9 avril 1934.

 

[2] FAUCHER, Albert. Cinquante ans de sciences sociales à l’Université Laval. L’histoire de la Faculté des sciences sociales (1938-1988). Sainte-Foy, Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, 1988, p. 18.

 

[3] FAUCHER, Albert. Cinquante ans de sciences sociales à l’Université Laval. L’histoire de la Faculté des sciences sociales (1938-1988). Sainte-Foy, Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, 1988, p. 20.

 

 

En complément :

 

http://www.expo-virtuelle.fss.ulaval.ca/dalbert-georges-henri-levesque

 

La majeure partie des archives de Georges-Henri Lévesque sont conservées à Québec, au Service des archives de l’Université Laval, sous la cote P151.

 

Fonds Georges-Henri Lévesque (CLG8), BAnQ Vieux-Montréal.

 

http://blogues.banq.qc.ca/instantanes/2018/12/19/les-fiancailles-a-noel-le-prelude-au-mariage-du-printemps/

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...