Histoire Antoine Boutin

, par Maithe

Description : 
La famille Boutin. Baptisée à Québec, le 30 janvier 1649, Geneviève est la fille de Barthélemi Gaudin et de Marthe Cognac (Coignat). Le 29 octobre 1665, elle épousait à Sillery, cet Antoine, fils de Jean Boutin et de Georgette Bonneau, de Vernon, Poitou, (département de Vienne). À son arrivée à Québec, Antoine avait d'abord occupé le poste de tambour de la garnison du Château Saint-Louis, mais il ne tarda pas à recevoir une concession de dix arpents du gouverneur d'Avaugour, à la rivière Saint-Charles, dans le voisinage immédiat d'une terre appartenant à Abraham Martin, dans ce qu'on appelait alors la "Commune" de Québec. Le 16 avril 1665, Boutin vendra cette terre à Vincent Poirier dit Bellepoire pour la somme de 90 livres t. Deux ans plus tard, Poirier cédera le même lot aux Jésuites à un prix presque trois fois plus élevé qu'il avait déboursé pour l'acquérir. Lors de son premier mariage, Geneviève Gaudin apportait en dot, la moitié de la terre de ses parents, à Coulong, ainsi que la moitié des dépendances et la moitié du produit de la pêche. Le jeune ménage demeurera à cet endroit en 1666 et 1667. Le 20 mars de cette dernière année, Jean-François Bourdon leur accorde une concession à Dombourg. À l'aveu et dénombrement du 8 octobre 1668, Boutin est mentionné parmi les censitaires de Neuville. Le 30 mai 1672, il recevra une autre concession de deux arpents de front sur quatre de profondeur, de laquelle il prélèvera dix mille perches de bois de frêne bâtard pour faire des cercles de barrique, qu'il vendra au commerçant Claude Charron. Toutefois, Boutin devait rendre l'âme avant d'avoir terminé l'exécution de son contrat. Sa mort survint à la fin de 1676 ou au début de 1677. Jean Bellan avait-il travaillé à la récolte de frêne pour le compte d'Antoine Boutin ? La chose est fort possible, car ce dernier n'a pas dû entreprendre seul une tâche aussi considérable. Quoi qu'il en soit, Jean devait bien connaître la famille Boutin et ne fut pas effrayé du fait que Geneviève ait été de six ans son aînée et surtout qu'elle fut déjà cinq fois mère. L'amour ne connaissait pas de frontières, il la demanda en mariage. La cérémonie nuptiale dut se dérouler, sinon le même jour, du moins à peu de jours d'intervalle de la signature du contrat, si l'on considère que la première naissance se produira à la fin de mars de l'année suivante (Mathurin, le 25 mars 1678). ---------------------------------------------------------------- Le recensement de 1681. Le recensement de 1681 démontre que la famille Boutin-Bellan réside toujours dans la seigneurie de Dombourg-Neuville. Il est dit que Jean est âgé de 25 ans et que Geneviève ne compte que 26 printemps (en réalité, elle en avait 32). Les Enfants qui habitent avec eux sont Jean-Baptiste Boutin, 15 ans, Geneviève Boutin, 14 ans, Louis Boutin, 11 ans, Guillaume Boutin, 7 ans, Mathurin Bellan, 4 ans, Jeanne Bellan, 18 mois et Françoise Bellan, 8 mois. Le ménage possède trois bêtes à cornes et vingt arpents en valeur, ce qui le situe dans la bonne moyenne des familles de l'époque. Si l'on compare ces données aux actes de l'état civil, on remarque l'absence de Françoise Boutin, née en 1673 et qui aurait dû être placée entre ses frères Louis et Guillaume. Françoise est toujours présente. Le recenseur l'a tout simplement oubliée. En 1695, elle épousera Pierre Ferret et, quatre ans plus tard, après le décès de ce dernier, elle contractera un second mariage avec François Badeau. ---------------------------------------------------------------- Baptêmes, deuil et mariages. Entre 1681 et 1709, Jean Bellan et les siens se consacrent uniquement aux travaux de la terre et aux soins de la famille. Quatre baptêmes, un deuil et quatre mariages sont les faits saillants de cette période. Le 17 juillet 1709, Geneviève Gaudin fait donation à Jean (Jean-Baptiste) Bellan, son fils puîné, donation que confirme l'intendant Raudot, par une ordonnance émise le 30 décembre suivant "à la charge pour le dit Jean de loger, nourrir et entretenir Jean Bellan, son père, et Geneviève Gaudin, sa mère, tant en santé que maladie, jusqu'à leur décès". Geneviève Gaudin et Jean Bellan vivront encore plusieurs années. Elle mourra la première et sera inhumée à Neuville le 4 décembre 1726, à l'âge de 77 ans. Jean survivra à sa femme durant un peu moins de quatre années. En l'an de grâce 1731, le huitième jour de mars, le curé Dumont écrit dans le registre de Pointe-aux-Trembles de Québec qu'il a enterré dans le cimetière paroissial "Jean Bélan, âgé d'environ soixante et quinze ans, après avoir reçu tous les sacrements". ---------------------------------------------------------------- La terre ancestrale à Neuville, près de Québec. La terre ancestrale qu'occupera Antoine Boutin (premier mari de Geneviève Gaudin) puis Jean Bellan, père et fils, sera en possession des Bellan durant environ un siècle et demi (* . Jean Bellan, fils, la cédera à son fils Jean-François le 3 mars 1747 ; acte signé par le notaire Pinquet.
Fiche famille : 

Voir en ligne : http://lequebecunehistoiredefamille...