Il n’y a rien comme de suivre la chronique pour constater la variabilité du climat québécois

, par Jean Provencher

Certaines années, on se plaint, d’autres, on se réjouit. Ici, fin décembre 1904, les travailleurs de condition modeste sont heureux. La neige qui tombe, aujourd’hui, en flocons épais, c’est la manne pour un grand nombre qui attendaient une bonne bordée afin de gagner quelques sous. C’est le feu et le pain assuré pour le jour […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/12/3...