Incendie dans une école juive de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’incendie ne fait pas de victimes, mais la police annonce qu’elle renforcera la sécurité afin d’éviter la répétition d’actes semblables. Une note laissée en évidence sur les lieux porte à croire qu’il s’agit d’un geste raciste, visant précisément la communauté juive. Le contexte bouillonnant au Proche-Orient, ainsi que le début de la Pâque juive, peuvent avoir servi de motivation aux criminels que la police n’a pas réussi à identifier. Joseph-Ben-Ami, de l’organisme B’nai Brith, déclare à ce sujet : « Nous sentons que les gens nous considèrent, en tant que Juifs, comme responsables des actions du gouvernement d’Israël. Mais aucune communauté juive, nulle part, ne devrait être tenue responsable pour ce que le gouvernement d’Israël fait. » L’incendie soulève de nombreuses réactions d’indignation. Un ancien de l’école Talmud Torah Unis, l’actuel ministre fédéral de la Justice, Irwin Cotler, se rend sur place pour exprimer sa colère. D’autres condamnations sont également formulées par les premier ministres Paul Martin (Canada) et Jean Charest (Québec), ainsi que par le maire de Montréal, Gérald Tremblay.

L’incendie ne fait pas de victimes, mais la police annonce qu’elle renforcera la sécurité afin d’éviter la répétition d’actes semblables. Une note laissée en évidence sur les lieux porte à croire qu’il s’agit d’un geste raciste, visant précisément la communauté juive. Le contexte bouillonnant au Proche-Orient, ainsi que le début de la Pâque juive, peuvent avoir servi de motivation aux criminels que la police n’a pas réussi à identifier. Joseph-Ben-Ami, de l’organisme B’nai Brith, déclare à ce sujet : « Nous sentons que les gens nous considèrent, en tant que Juifs, comme responsables des actions du gouvernement d’Israël. Mais aucune communauté juive, nulle part, ne devrait être tenue responsable pour ce que le gouvernement d’Israël fait. » L’incendie soulève de nombreuses réactions d’indignation. Un ancien de l’école Talmud Torah Unis, l’actuel ministre fédéral de la Justice, Irwin Cotler, se rend sur place pour exprimer sa colère. D’autres condamnations sont également formulées par les premier ministres Paul Martin (Canada) et Jean Charest (Québec), ainsi que par le maire de Montréal, Gérald Tremblay.

Source : Le Devoir, 6 avril 2004, p.1 et A8. La Presse, 6 avril 2004, p.1, A2-A3.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...