Incendie de la basilique Sainte-Anne de Beaupré

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Seules quelques oeuvres d’art (peintures, statues) sont sauvées du désastre dont les coûts sont évalués à plus d’un million de dollars. Le moment le plus mémorable de l’incendie survient lorsque les deux clochers de la basilique, hauts de plus de 160 pieds, s’effondrent. La presse soulèvera l’hypothèse que le feu a été provoqué par un court-circuit. La construction de la basilique remontait à la fin du XIXe siècle. Seules quelques oeuvres d’art (peintures, statues) sont sauvées du désastre dont les coûts sont évalués à plus d’un million de dollars. Le moment le plus mémorable de l’incendie survient lorsque les deux clochers de la basilique, hauts de plus de 160 pieds, s’effondrent. La presse soulèvera l’hypothèse que le feu a été provoqué par un court-circuit. La construction de la basilique remontait à la fin du XIXe siècle. Source : La Presse, 29 mars 1922, p.1 et 21, et 30 mars 1922, p.1, 22 et 23.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...