Incendie meurtrier à Chapais

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cet incendie, qui fait rage lors des célébrations du Nouvel An, vers 1 heure 30 du matin, est le pire à survenir au Québec depuis plus de quarante ans. « Au début tout le monde pensait que c’était une farce » affirme Joanne Benedetti, une des survivantes de l’hécatombe. Le feu, qui aurait été déclenché dans des guirlandes de sapin séché, a rapidement bloqué l’accès à l’entrée principale. Malgré la panique et les cris, certains participants à la fête ont tenté sans succès de maîtriser le brasier à l’aide d’extincteurs. Plusieurs personnes réussirent à s’échapper à temps, mais cette tragédie laissera de profondes cicatrices dans la communauté de Chapais. Quelques dignitaires, dont le premier ministre René Lévesque, se déplaceront pour offrir leurs sympathies aux familles des victimes.Cet incendie, qui fait rage lors des célébrations du Nouvel An, vers 1 heure 30 du matin, est le pire à survenir au Québec depuis plus de quarante ans. « Au début tout le monde pensait que c’était une farce » affirme Joanne Benedetti, une des survivantes de l’hécatombe. Le feu, qui aurait été déclenché dans des guirlandes de sapin séché, a rapidement bloqué l’accès à l’entrée principale. Malgré la panique et les cris, certains participants à la fête ont tenté sans succès de maîtriser le brasier à l’aide d’extincteurs. Plusieurs personnes réussirent à s’échapper à temps, mais cette tragédie laissera de profondes cicatrices dans la communauté de Chapais. Quelques dignitaires, dont le premier ministre René Lévesque, se déplaceront pour offrir leurs sympathies aux familles des victimes. Source : La Presse, 2 janvier 1980, p.1, A6-A7, 3 janvier 1980, p.1, A6-A8, 4 janvier 1980, p.1 et A6-A7, 5 janvier 1980, p.1 et A14, 7 janvier 1980, p.1 et A9.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...