Installation du nouveau gouverneur général du Canada, Donald Johnston

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À l’expiration du mandat de cinq ans de la gouverneure général Michaëlle Jean, le premier ministre Stephen Harper se tourne vers un ancien professeur de droit originaire de l’Ontario, Donald Johnston, pour lui succéder. Âgé de 69 ans, celui-ci a une longue feuille de route dans le domaine de l’éducation, ayant occupé, entre autres, le poste de recteur de l’université McGill et de l’université de Waterloo. Parfaitement bilingue, Johnston se dit préoccupé par la situation de l’éducation, promettant de consacrer ses énergies à l’égalité des chances et au développement de l’excellence, des thèmes abordés dans son allocution portant sur un « appel au service » de ses compatriotes. Présente à cette occasion, Michaëlle Jean reçoit un accueil chaleureux des parlementaires présents. Accueillie froidement par les nationalistes québécois lors de sa nomination, celle-ci a eu un mandat chargé, marqué notamment par la controverse entourant la demande de prorogation des travaux du Parlement obtenue par le gouvernement Harper à la fin de 2008. Après son départ, Mme Jean occupera le poste d’envoyée spéciale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en Haïti, pays natal de l’ex-gouverneure générale qui a été dévasté par un effroyable tremblement de terre en janvier 2010.À l’expiration du mandat de cinq ans de la gouverneure général Michaëlle Jean, le premier ministre Stephen Harper se tourne vers un ancien professeur de droit originaire de l’Ontario, Donald Johnston, pour lui succéder. Âgé de 69 ans, celui-ci a une longue feuille de route dans le domaine de l’éducation, ayant occupé, entre autres, le poste de recteur de l’université McGill et de l’université de Waterloo. Parfaitement bilingue, Johnston se dit préoccupé par la situation de l’éducation, promettant de consacrer ses énergies à l’égalité des chances et au développement de l’excellence, des thèmes abordés dans son allocution portant sur un « appel au service » de ses compatriotes. Présente à cette occasion, Michaëlle Jean reçoit un accueil chaleureux des parlementaires présents. Accueillie froidement par les nationalistes québécois lors de sa nomination, celle-ci a eu un mandat chargé, marqué notamment par la controverse entourant la demande de prorogation des travaux du Parlement obtenue par le gouvernement Harper à la fin de 2008. Après son départ, Mme Jean occupera le poste d’envoyée spéciale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en Haïti, pays natal de l’ex-gouverneure générale qui a été dévasté par un effroyable tremblement de terre en janvier 2010. Source : La Presse, 2 octobre 2010, p. A4 ; Le Devoir, 2 octobre 2010, p. A2.
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/10/01/002-johnston-ceremonie-gouverneur.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...