Intronisation de Gary Carter au Temple de la renommée du baseball

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au début de son discours, Carter remercie ses partisans montréalais en prononçant quelques mots en français. Membre de la formation qui a remporté le seul championnat de l’histoire des Expos, en 1981, celui que la presse surnommait le « Kid » a évolué pendant 10 saisons à Montréal. Auteur de 324 circuits et 1 225 points produits, le natif de Culver City s’est également distingué en défensive, remportant trois Gants dorés entre 1980 et 1982. Carter a remporté une seule Série mondiale, avec les Mets de New York, en 1986. Le 2 août, l’organisation montréalaise souligne son intronisation au cours d’une cérémonie qui précède la rencontre entre les Expos et les Brewers de Milwaukee qui se déroule au stade Olympique. Possiblement le joueur le plus populaire de l’histoire de la franchise, il reçoit une vibrante ovation des 22 180 spectateurs présents.Au début de son discours, Carter remercie ses partisans montréalais en prononçant quelques mots en français. Membre de la formation qui a remporté le seul championnat de l’histoire des Expos, en 1981, celui que la presse surnommait le « Kid » a évolué pendant 10 saisons à Montréal. Auteur de 324 circuits et 1 225 points produits, le natif de Culver City s’est également distingué en défensive, remportant trois Gants dorés entre 1980 et 1982. Carter a remporté une seule Série mondiale, avec les Mets de New York, en 1986. Le 2 août, l’organisation montréalaise souligne son intronisation au cours d’une cérémonie qui précède la rencontre entre les Expos et les Brewers de Milwaukee qui se déroule au stade Olympique. Possiblement le joueur le plus populaire de l’histoire de la franchise, il reçoit une vibrante ovation des 22 180 spectateurs présents. Source : La Presse, 28 juillet 2003, p.S1, S5. 3 août 2003, p.D1.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...