Je ne sais si ça se sent au cœur de nos villes

, par Jean Provencher

Mais, à la campagne, l’été est de flamboyance. Jamais la Nature n’a-t-elle autant offert. Partout les propositions. Et de toutes sortes. Voyez ces cerisiers à grappes, sauvages bien sûr. Y aura-t-il même assez d’oiseaux pour s’en repaître ?   

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/08/0...