Jean-Marc Piotte, définisseur de situation en quatre saisons

Jean-Pierre Couture
Le but de cet article est d’analyser l’ensemble du parcours de Jean-Marc Piotte dans les revues d’idées. Membre fondateur de la revue Parti pris en 1963, il participe aux premières années de cette revue qui catalyse un printemps de la vie intellectuelle du Québec. Puis, à l’heure des avant-gardes des années 1970, il cofonde la revue Chroniques. Alors que la canicule marxiste est rapidement supplantée par un automne politique aussi douloureux que polémique, Piotte révise ses positions et collabore ponctuellement aux Cahiers du socialisme, à Conjoncture politique au Québec, à Possibles et à Relations. Dans les années 2000, il replonge dans le projet d’une revue d’idées en publiant régulièrement des textes dans le collectif À bâbord !, et ce, jusqu’en 2016. Définisseur de situation, Piotte a analysé des tendances jugées délétères, allant du felquisme au marxisme-léninisme, puis du désengagement syndical au nationalisme conservateur. En tant que penseur rompu aux écrits de Gramsci sur le rôle de la culture, Piotte a aussi été un promoteur de l’éducation, de la pensée autonome et de l’insubordination démocratique à partir d’une conception du rôle critique que doivent jouer les intellectuels.

Voir en ligne : http://www.erudit.org/fr/revues/men...