Jeanne Lapointe et Marthe Blackburn : amitié et mentorat

, par Instantanés

La future rédactrice de scénarios de films, Marthe Blackburn (née Morisset), écrit, vers la fin des années 1950, des nouvelles qu’elle décide de montrer à son amie Jeanne Lapointe.

Une route au soleil, p. 1, nouvelle de Marthe Blackburn annotée par Jeanne Lapointe, [1955-1960]. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S2,SS2,SSS1,D2).

 

Dans une île, p. 2, nouvelle de Marthe Blackburn annotée par Jeanne Lapointe, [1955-1960]. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S2,SS2,SSS1,D2).

 

Jeanne Lapointe et Marthe Blackburn, jardin du Luxembourg (Paris), 1947. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S5). Photographe non identifié.

 

Marthe Blackburn, Palais de Chaillot (Paris), 1947. BAnQ Vieux-Montréal (P957,S5). Photographe non identifié.

 

Première femme professeure de littérature de l’Université Laval, Jeanne Lapointe accepte volontiers de jouer le rôle de mentor et de prodiguer des conseils avisés à l’aspirante nouvelliste. Intellectuelle québécoise dont l’apport au domaine des études littéraires est reconnu, Jeanne Lapointe sera, quelques années plus tard, membre de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec (commission Parent) (1961-1966) puis de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada (commission Bird) (1967-1970).

 

Neuf commissaires et trois membres du personnel de la commission Parent, 1961. BAnQ Québec (E6,S7,SS1,P1966-61-H). Photographe : Neuville Bazin. De gauche à droite : John McIlhone, C. Wynne Dickson, Sœur Marie-Laurent de Rome (Ghislaine Roquet), Michel Giroux, David Munroe, Arthur Tremblay, Mgr Alphonse-Marie Parent, Jeanne Lapointe, Gérard Filion, Guy Rocher, Paul Larocque et Louis-Philippe Audet.

 

Elle sera aussi la réviseuse de Gabrielle Roy, l’amie d’Anne Hébert et de Judith Jasmin, la conseillère de Marie-Claire Blais.

Quant à Marthe Blackburn elle s’est particulièrement illustrée comme coscénariste, avec Anne Claire Poirier, des films « Les filles du Roy » (1974), « Mourir à tue-tête » (1979), « La quarantaine » (1982), et « Salut Victor ! » (1989) ainsi que par sa participation à la pièce de théâtre « La nef des sorcières » (1976). Elle est également l’autrice de textes mis en musique par son mari, le compositeur et concepteur sonore de films et de documentaires de l’ONF, Maurice Blackburn.

Les réalisations auxquelles ont collaboré Jeanne Lapointe et Marthe Blackburn reflètent leurs idées avant-gardistes sur l’éducation et sur la condition des femmes.

 

Marthe Léger, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

 

En complément :

Fonds d’archives Jeanne Lapointe (P474), Archives de l’Université Laval

https://www.banq.qc.ca/documents/a_propos_banq/nos_publications/a_rayons_ouverts/ARO_94.pdf

http://blogues.banq.qc.ca/instantanes/2018/12/19/les-fiancailles-a-noel-le-prelude-au-mariage-du-printemps/

Voir en ligne : https://blogues.banq.qc.ca/instanta...