L’affaire Daigle contre Tremblay1 : le temps comme moteur du débat social au Québec à la fin des années 19802

Marilyne Caouette
| :
Décriminalisé depuis 1988, l’avortement demeure pourtant une pratique controversée. À l’été 1989, l’affaire Daigle contre Tremblay déclenche un débat public qui soulève dans l’espace médiatique un vaste ensemble d’arguments et de considérations rattachés à l’avortement. Entre le 17 juillet et le 8 août, Chantal Daigle et Jean-Guy Tremblay s’affrontent en Cour afin de déterminer si la jeune femme peut recourir à un avortement après que Jean-Guy Tremblay, père du futur enfant, eut requis une injonction pour l’en empêcher. L’affaire ayant été amplement médiatisée, les journaux québécois sont principalement mis à profit pour dresser une étude de cas et rendre compte des discours d’une grande variété d’intervenants, à commencer par les groupes pro-vie et pro-choix. Cet article montre que la dynamique des multiples intervenants provoque un sentiment d’urgence qui teinte l’ensemble du débat et le transforme en affaire de société. À une époque où les relations entre les hommes et les femmes sont en pleine transformation, l’affaire permet d’assister au déploiement d’une pensée conservatrice au Québec, mais aussi d’une forte riposte contre ce backlash par plusieurs groupes.
| :
Although decriminalized since 1988, abortion remains a controversial practice. In the summer of 1989, the Daigle vs Tremblay case triggered a public debate that raised a wide set of arguments and considerations about abortion in the media. Between July 17 and August 8, Chantal Daigle and Jean-Guy Tremblay fought in court to determine whether the young woman could seek an abortion after an injunction was issued by Jean-Guy Tremblay, the father of the future child. Since the events were widely scrutinized by the media, Quebec papers were used to study the discourses of the various parties involved in the debate, especially the pro-life and pro-choice groups. This article shows that the dynamic between the people involved created a sense of urgency that permeated the debate, transforming it into a societal affair. During a time of profound changes in gender relations, this case allowed the emergence of a conservative discourse in Quebec as well as a strong response against such backlash by several groups.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1059981ar