L’alose, un poisson fort sensible

, par Jean Provencher

Le bi-hebdomadaire Le Sorelois rapporte le 12 décembre 1884 une histoire étonnante. On est témoin depuis trois ou quatre jours d’un phénomène assez curieux. À chaque marée, le fleuve, en face de Québec, se couvre d’une infinité de petits poissons morts qui flottent au courant. On peut les compter par milliers. On croit que ce [...]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2013/12/0...