L’église et le cimetière Saint-Matthew (vers 1870)

, par Jérôme Ouellet

 Aux lendemains de la Conquête britannique, les communautés protestantes[1] de Québec, n’ayant aucun lieu d’inhumation consacré, sont contraints d’employer à cette fin des sites temporaires dont la gorge du bastion Saint-Louis[2]. Dans les années 1770, deux terrains contigus situés aux abords de la rue Saint-Jean sont acquis aux fins d’inhumation des défunts de confession […]

Voir en ligne : https://histoireurbaine.wordpress.c...