La Centrale d’artisanat du Québec à Montréal

Jocelyne Mathieu
| :
La naissance de la Centrale d’artisanat du Québec, en 1950, est l’aboutissement d’un cheminement éducatif et sociopolitique dans le contexte d’après-guerre, favorable à la prospérité. Jean-Marie Gauvreau, son président fondateur, est à sa tête jusqu’en 1963. Durant l’effervescente période des années 1970, une autre figure de proue marque particulièrement l’évolution de l’organisme : l’architecte-designer Cyril Simard, qui y est directeur pendant sept ans. Gauvreau et Simard s’efforcent de présenter un Québec contemporain, inspiré de techniques traditionnelles, mais dans une production réinventée et modernisée. Ils croient profondément au pouvoir économique des artisans et des créateurs des métiers d’art. Les associations culture-économie et traditioncréation déterminent leur pensée et leurs actions. La Centrale d’artisanat témoigne de la reconnaissance d’un artisanat domestique et professionnel, puis, à la lumière de nouveaux concepts et sous une nouvelle appellation, des métiers d’art. Elle vise à promouvoir la qualité Québec et à favoriser le développement des économies régionales.
| :
In 1950 is born the Quebec Handicraft Center of Montreal, an educational and sociopolitical institution designed in a post-war prosperous context. Founding chairman Jean-Marie-Gauvreau leads the Center until 1963. Its development in the effervescent 1970’s is then marked by another leader, the architect and designer Cyril Simard, who manages the Center for seven years. Both Gauvreau and Simard insist that be represented a contemporary Quebec where traditional techniques are produced with a modern and reinvented way. They deeply believe in the economic value of arts and crafts and in the power of there creators. In thinking and action, the Center’s leaders always bonded culture and economy, tradition and creation. The Handicraft Center demonstrates how domestic and professional handicrafts were then recognised. This recognition was meant to promote a “Quebec Quality” concept and to stimulate regional economy.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038747ar