La chèvre et le chef de gare

, par Jean Provencher

Retrouvons-nous en banlieue de Paris. Le Sorelois nous y amène le 21 mars 1882. Le chef de gare d’une localité des environs de Paris, souffrant d’une maladie du larynx, avait été mis au régime du lait de chèvre. Chaque matin, la femme allait traire sa chèvre et apportait à son mari le breuvage ordonné. Elle […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/03/0...