La crise économique de 1929

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les impacts de cette crise au québec ont été majeures. 
Le principale produit touché par la baisse des exportations en Alberta et en Saskatchewan est le blé.

Le transport est le domaine qui subit les conséquences de cette crise.
Au Québec les mines et les pâtes et papier sont des secteurs particulièrement touchés.

La crise engendre une hausse importantes du chômage et de nombreuses faillites. Dans ce contexte, les bouches à nourrir, que représentent les enfants ( d’un point de vue purement économique) sont un facteur limitant au taux de natalité au Canada. 


Les organismes de charité aident au début de la crise les chômeurs sans ressources.
Ces organismes les aident en offrant de la nourriture, des vêtement et parfois un gîte.
Ils mettent sur pied des bons échangeable contre de la nourriture, des vêtements ou du chauffage (secours directs).
Le gouvernement investit dans la construction de routes, de ponts, etc. C’est les travaux publics.
Il organise aussi des camps de travail : regroupement, dirigée par l’armée, d’hommes célibataires payé 20 cents par jour.



Les impacts de cette crise au québec ont été majeures. 
Le principale produit touché par la baisse des exportations en Alberta et en Saskatchewan est le blé.

Le transport est le domaine qui subit les conséquences de cette crise.
Au Québec les mines et les pâtes et papier sont des secteurs particulièrement touchés.

La crise engendre une hausse importantes du chômage et de nombreuses faillites. Dans ce contexte, les bouches à nourrir, que représentent les enfants ( d’un point de vue purement économique) sont un facteur limitant au taux de natalité au Canada. 


Les organismes de charité aident au début de la crise les chômeurs sans ressources.
Ces organismes les aident en offrant de la nourriture, des vêtement et parfois un gîte.
Ils mettent sur pied des bons échangeable contre de la nourriture, des vêtements ou du chauffage (secours directs).
Le gouvernement investit dans la construction de routes, de ponts, etc. C’est les travaux publics.
Il organise aussi des camps de travail : regroupement, dirigée par l’armée, d’hommes célibataires payé 20 cents par jour.



Source : http://yansanmo.no-ip.org:8080/educatio/ecole/histoire/histoire6_2.htm

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...