La danse pour tout un chacun : pratiques différenciées d’un loisir commercial à Montréal pendant l’entre-deux-guerres

Peggy Roquigny
| :
Pendant l’entre-deux-guerres, Montréal connaît un contexte favorable à l’épanouissement du marché du divertissement. La commercialisation du loisir, déjà enclenchée à la fin du xixe siècle, s’amplifie malgré un contexte économique instable. Sur fond de musique jazz, la danse récréative n’échappe pas à ce mouvement de commercialisation. Les commerces proposant de s’adonner aux dernières danses à la mode se multiplient dans le centre-ville et rendent plus manifeste la popularité de l’activité dansante chez les citadins. Dans cet article, nous verrons que la commercialisation de la danse se décline en une variété de formules qui permettent des pratiques hétérogènes, associées à des formes de sociabilité variées, ce qui révèle des compréhensions différentes de la respectabilité.
| :
During the interwar period, Montreal City is experiencing a suitable context for the development of the leisure market. The commercialization of entertaining activities, which had already started at the end of the nineteenth century, amplifies despite economic instability. Recreational dance on jazz rhythms belongs to this commercialization movement. In fact, the popularity of this activity among townspeople becomes obvious as dance businesses increase in the city centre. These businesses offer a variety of formulas that reveal as much as ways to enjoy the dancing commercialized entertainment ; different ways that are associated with different forms of sociability and reveal different understandings of respectability.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038983ar

Dans la même rubrique