« La maman est l’économe de la maison » : la Ligue ouvrière catholique et la consommation quotidienne au Québec, 1939-19541

Marilyne Brisebois
| :
Cet article explore les représentations de la consommation véhiculées par la Ligue
ouvrière catholique au Québec, entre 1939 et 1954, en s’intéressant particulièrement aux
influences du genre, de la classe sociale et de la religion. Basée principalement sur le
dépouillement des deux journaux de la Ligue, Le Mouvement ouvrier (1939-1944) et
Le Front ouvrier (1944-1954), l’analyse met en lumière le fait que de saines
pratiques de consommation doivent servir à résoudre ce qui est pensé alors comme une crise
des valeurs morales et matérielles des familles ouvrières. Le discours sur la consommation,
forgé principalement par la section féminine de la Ligue, est destiné aux femmes considérées
comme les principaux agents de changement dans les pratiques de consommation
familiales.
| :
This paper analyzes the representations of consumerism by the Ligue ouvrière
catholique in Quebec between 1939 and 1954 through the lens of gender, class and religious.
Based on a close reading of the Ligue’s newspapers Le Mouvement ouvrier (1939-1944)
and Le Front ouvrier (1944-1954), the analysis seeks to illustrate the importance
of sound consumer practices in solving what was perceived at the time as a moral and
material crisis for working-class families. Developed by the women’s Ligue membership, the
discourse was targeted at housewives, seen as the key agents of change in their
families.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038292ar