La page féminine du Devoir, un « espace public alternatif » ? Une étude de cas des mécanismes d’exclusion et de contrôle du « féminin » et du « féminisme » dans le quotidien (1965-1975)1

Marilou Tanguay
| :
Cet article s’intéresse à la présence des thématiques féminines et féministes dans Le Devoir entre 1965 et 1975 afin de démontrer que la page féminine du quotidien permettait une diffusion des préoccupations des femmes dans l’espace public. Cette période permet d’analyser du même coup les impacts de l’abolition de la page féminine, en février 1971, sur l’organisation du quotidien, notamment à travers l’étude de la mise en valeur des thématiques féminines et féministes dans le journal. Il pose l’hypothèse que la baisse significative des thématiques féministes, à la suite de l’abolition de la page féminine, est le résultat d’une culture médiatique construite et reproduite comme culture masculine. Il souligne l’importance de la page féminine du quotidien, compris comme espace public alternatif, dans la diffusion des préoccupations féministes au Québec, un territoire médiatique encore bien peu exploré par la recherche.
| :
This article focuses on the presence of feminine and feminist themes in Le Devoir between 1965 and 1975 with the aim of demonstrating that the feminine page of this newspaper allowed the transposition of women’s concerns into the public space. This period is targeted in order to analyze at the same time the impact of the abolition of the woman’s page, which takes place in February 1971, on the organization of the newspaper, especially through the study of the development of women’s themes in the newspaper. It also posits that the significant decline of feminist articles following the abolition of the woman’s page is the result of a media culture built and reproduced as a masculine culture.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1065044ar