La réponse à l’incendie du parlement de Montréal en 1849, fondement d’une nouvelle communauté politique canadienne intégrée dans l’Empire britannique1

Alain Roy
| :
En 1849, l’incendie du parlement met fin au statut de capitale de Montréal mais ouvre également une nouvelle ère politique. Si les événements tragiques qui surviennent ont fortement marqué la mémoire et l’histoire canadiennes, cet incendie va toutefois permettre la consolidation du « gouvernement responsable ». Alors que le nouveau gouvernement est fragile et critiqué de toutes parts et que les Tories font un raffut du diable, une vaste campagne d’adresses et d’assemblées est mise en place. Elle a pour effet de souder une nouvelle communauté politique canadienne autour du gouvernement en proclamant son soutien au gouverneur général et son allégeance à la reine Victoria, scellant alors le réarrangement des pouvoirs au sein de l’Empire britannique.
| :
In 1849, the burning of the Parliament put an end to Montreal’s statute as capital but opened a new political era. Although these tragic events had a strong impact on Canadian memory and history, the fire also consolidated the “responsible government”. While the new government was still weak and criticized from all quarters, and Tories were fuelling unrest in town, a large campaign of speeches and meetings was set up. It helped consolidate a new Canadian political community around the government by proclaiming its support to the Governor General and its allegiance to Queen Victoria, consequently sealing the reorganization of powers within the British Empire.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1038287ar