La stratification sociale de la société québécoise, revisitée et mise à jour, 1971-2016

Simon Langlois
Cette contribution examine la mutation qui a profondément transformé la structure sociale de la société québécoise depuis la Révolution tranquille. Elle propose un nouveau schéma des classes sociales construit dans une perspective néo-durkheimienne et propose un ensemble de micro classes afin de livrer une analyse fine de la stratification sociale, qui couvre la période 1971-2016. D’anciennes classes sociales ont vu leur poids relatif diminuer, notamment en milieu ouvrier ainsi que chez les employés, et de nouvelles classes ont émergé. Le sommet de la hiérarchie sociale s’est élargi et diversifié. Les femmes ont accentué leur présence dans les douze grandes classes distinguées, bien que d’importantes différences subsistent à un niveau moins agrégé spécifié par les micro classes. Une grande convergence des positions sociales est observée entre les régions métropolitaines de Montréal et de Québec et l’opposition ville-campagne d’autrefois s’est largement transformée. Les diverses régions comptent en 2016 bon nombre d’occupations typiques de la modernité avancée qui requièrent un certain capital culturel et elles se caractérisent toujours par un grand nombre d’occupations liées à l’exploitation des ressources naturelles et à l’agriculture.

Voir en ligne : http://www.erudit.org/fr/revues/cdd...