La vie bien brève d’un jeune raton laveur

, par Jean Provencher

Je ne déteste jamais qu’un vivant vienne terminer ses jours dans l’Arche. C’est ne pas mourir dans la solitude, de partir accompagné, d’éviter un champ perdu quelque part. Ce jeune raton n’a pas eu le temps de vivre longtemps et il s’est couché dans le verger. C’est le troisième connu. En 1976, les enfants avaient […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/08/0...