"Le Vaisseau dit "Le St-Jean Baptiste" Le Saint-Jean-Baptiste Parti de La Roc...

, par 2e bataillon du régiment de la Sarre

"Le Vaisseau dit "Le St-Jean Baptiste"

Le Saint-Jean-Baptiste

Parti de La Rochelle le 13 mai 1666, le Saint-Jean Baptiste parvint à Québec le 11 août après une escale à Gaspé.

Le Saint-Jean-Baptiste semble avoir été un bateau de 300 tonneaux dont les dimensions étaient de 24,69 m de long, 8,88 m de large et 3,41 m de creux. Ce type de bateau s'appelait un galion et pouvait être armé ou non selon les besoins.

Lors de sa traversée de 1666, il était armé de dix pièces de canon, en plus de vingt fusils, de douze pistolets et de vingt coutelas. Propriété de la Compagnie des Indes, son armateur était Charles Aubert de la Chesnaye et son capitaine Pierre Fillye.

C'est probablement sur cette embarcation qu'Andrée Lépine effectua la traversée atlantique, bien qu'elle ne figurât pas dans la liste des passagers retrouvée aux archives départementales de la Charente maritime.

En 1671, le Saint-Jean-Baptiste effectua une nouvelle traversée dont le prêtre David Asseline porta témoignage :

"Le Vaisseau dit "Le St-Jean Baptiste", de 300 tonneaux dont nous avons parlé l'année précédente, partit encore de Dieppe en celle-cy, sur la fin du mois de juin pour Québec, qui est une des habitations de Canada. Il porte le sieur de la Bouteillerie, jeune gentilhomme du pays de Caux, lequel avait deux charpentiers, deux maçons, et quatre manoeuvres pour défricher les terres que le Roy lui avait données jusqu'à la concurrence de mille arpents, situées entre les Trois-Rivières et Montréal. Il porta aussi en ce pays-là cent hommes et vingt-six filles, qui furent amenées de Paris, dix ânes et ânesses, cinquante moutons et brebis, des draperies, des merceries, des couvertures à ceux de la Nouvelle-France et propres pour la traite de ce vaisseau, lequel en rapporta à Dieppe, le 10 janvier de l'année 1672, dix mille livres de peaux de castor, à 4 francs et demi la livre, quatre cents peaux d'orignal, des pierres, du bois, de la poix, et beaucoup d'autres choses rares, entre lesquelles il y avait un orignal vivant, et âgé d'environ six mois, un renard et douze grandes outardes, que le sieur Lusson vint présenter au Roy."

David Asseline, prêtre

On trouve sur le site "publiushistoricus.free.fr" les renseignements suivants :

"Il semble que plusieurs navires français aient porté ce nom de St-Jean Baptiste. Celui qui a transporté Damien en 1671 devait naviguer depuis quelques années. En effet, un navire venu en Nouvelle-France en 1662 portait le nom Saint-Jean-Baptiste de Flessingue. Le 30 juin 1664, arriva à Québec un Saint-Jean-Baptiste de 300 tonneaux armé de 24 pièces de canon ayant pour capitaine Pierre Le Moine. Le 2 octobre 1665, un Saint-Jean-Baptiste, dirigé par Pierre Fillye, amarra à Québec avec à son bord 82 femmes et 130 hommes. En 1671, le navire avait transporté Damien et le seigneur de la Bouteillerie. Le 31 décembre 1689, un cyclone jeta un navire français appelé Saint-Jean-Baptiste à la côte de l'Ile Bourbon et le broya contre les rochers. En 1759, on retrouve un St-Jean-Baptiste de 300 tonneaux parmi les bateaux de ravitaillement de l'armée française lors de la bataille des Cardinaux."

Vive les vaisseaux St-Jean Baptiste !


Voir en ligne : http://www.facebook.com/photo.php?f...