Le chroniqueur Léon d’Ornano, d’origine corse, s’étonne des déménagements du début de mai

, par Jean Provencher

Décidément, notre genre de vie moderne a des manifestations qui donnent à réfléchir. À voir Montréal en ces premiers jours de mai, si j’étais un étranger nouvellement débarqué, je pourrais croire à l’exode de sa population. Sans interruption, à la queue leu leu, passent dans nos rues des charrettes de déménagement. Sous les clairs rayons […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/05/0...