« Le foin coupé »

, par Jean Provencher

En 1900, lorsqu’arrive le samedi, le quotidien montréalais La Patrie double son nombre de pages. Il propose 18, 20, ou même 24 pages. Aussi y trouve-t-on des articles plus longs, plus fouillés qu’en semaine. Et souvent il fait appel à des écrivains français. Voici, le 13 juillet 1901, un bien beau texte du romancier, dramaturge […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/08/0...