Le luxe, c’est très relatif !

, par Instantanés

Après son mandat de secrétaire pour la mission britannique à Paris, Olivar Asselin retourne en Angleterre pour poursuivre sa formation d’officier, afin de pouvoir diriger des troupes sur le front. En décembre 1917, il est envoyé avec le 10e bataillon de réserve au camp Witley. Dans cette lettre, il décrit à son fils cadet, Pierre, le logement des soldats et des officiers, ainsi que la vie au camp.

 

« Les soldats logent dans des baraques en bois, trente ou quarante par baraques. Les baraques sont bâties comme ceci : (dessin). Chaque soldat a une paillasse et des couvertures. La paillasse repose sur trois planches à chevalets qui sont comme ceci (dessin). Quand les trois planches sont placées comme il faut, c’est-à-dire la tête au mur, ça fait un lit comme ceci : (dessin). […] Les officiers logent dans des baraques moins longues, et divisées en chambres, comme ceci : (dessin). Papa a une chambre à lui, celle qui est marquée d’une croix. Il a un lit en fer, une commode, une tablette, une petite glace, 5 crochets, un poêle, un seau à charbon, un seau à vidanges, un broc, une cuvette, un balai, un tisonnier, un store à cordon, une ampoule électrique, une chaise, une grande table sur chevalets, avec une couverture pour tapis. Papa est toujours dans sa chambre, excepté le soir, alors qu’il joue aux cartes pendant une heure ou deux, et les mercredi et samedi après-midi, alors qu’il va à cheval. Quelques fois aussi, il va faire une marche dans les bois — car le camp est dans les bois, à un mille et demi des villages les plus rapprochés, qui sont Witley et Milford. »

 

Vous souhaitez consulter cette lettre d’Olivar Asselin dans son intégralité ? Rendez-vous sur Wikisource ou, pour découvrir l’ensemble des lettres sélectionnées, rendez-vous sur la page du projet Première Guerre mondiale de BAnQ.

 

Pour en savoir plus sur Olivar Asselin et sur la diffusion de sa correspondance de guerre, consultez l’article phare du projet.

 

Lettre du 18 décembre 1917. 1917. BAnQ Vieux-Montréal (CLG72). Auteur et dessinateur : Olivar Asselin.

Lettre du 18 décembre 1917. 1917. BAnQ Vieux-Montréal (CLG72). Auteur et dessinateur : Olivar Asselin.

 

Florian Daveau, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Émilie Dufour-Lauzon, agente de bureau – BAnQ Vieux-Montréal

Elena Fracas, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Catherine Lamarche, stagiaire de l’Université de Montréal.

Lettre précédente

Lettre suivante (à paraître)

Cet article Le luxe, c’est très relatif ! est apparu en premier sur Instantanés.

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...