Le oui l’emporte sur le non.

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le 30 octobre 1995 les personnes favorables à ce que le Québec reste dans la fédération Canadienne gagnent le référendum par 0,4%. Ce jour-là, 94% des électeurs se sont présentés aux urnes ; ce qui est en sorte un record de participation à une question politique au Canada. Cette bataille fut ardue car les partisans des deux partis prenaient leur cause extrêmement à coeur. Ce fût une déchirure totale pour les séparatistes car ils avaient perdu le référendum précédent et perdre encore fut une déception encore plus grande. À partir de ce moment le projet de l’indépendance du Québec fut la première priorité du parti Québécois. Le 30 octobre 1995 les personnes favorables à ce que le Québec reste dans la fédération Canadienne gagnent le référendum par 0,4%. Ce jour-là, 94% des électeurs se sont présentés aux urnes ; ce qui est en sorte un record de participation à une question politique au Canada. Cette bataille fut ardue car les partisans des deux partis prenaient leur cause extrêmement à coeur. Ce fût une déchirure totale pour les séparatistes car ils avaient perdu le référendum précédent et perdre encore fut une déception encore plus grande. À partir de ce moment le projet de l’indépendance du Québec fut la première priorité du parti Québécois. Source : Le Devoir, 31 octobre 1995, p.A1 et autres. La Presse, 31 octobre 1995, p.A1 et autres. 

Jean-Herman Guay et Denis Monière, La bataille du Québec Troisième épisode : 30 jours qui ébranlèrent le Canada, Montréal, Fides, 1996, 266 p.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...