Les Basques et la chasse au phoque du Labrador au XVIIe siècle1

Javi Castro
| :
Alors qu’on associe les Basques du XVIe-XVIIIe siècle surtout à la pêche à la morue et la chasse aux baleines, les archives en langue espagnole révèlent aussi l’existence de la chasse au phoque au Labrador durant la période de 1603 à 1661. Menée par les marins des ports de Mutriku et Deba, la chasse au phoque est connue particulièrement à travers la carrière d’Antonio de Iturribalzaga. Ce capitaine organisait les voyages de chasse au phoque au Labrador, et vendait des peaux de phoque à des tanneurs et cordonniers du Pays basque. Le commerce du phoque permet de voir des liens avec d’autres industries, comme celle des tanneries et de l’exportation des peaux traitées jusqu’au Portugal. Il forme aussi un contexte historique pour la tradition orale qui existe au Pays basque sur les relations entre les Basques et les Inuit, et il constitue un précurseur de la chasse au phoque sédentaire en Nouvelle-France aux XVIIe-XVIIIe siècles.
| :
While the Basques of the 16th to 18th centuries are best known as cod fishermen and whalers, Spanish language archives also show a seal hunt in Labrador in the years from 1603 to 1661. Carried out by sailors from the ports of Mutriku and Deba, the Basque seal hunt is exemplified by the career of Antonio de Iturribalzaga. This captain organized seal hunting voyages to Labrador, and sold sealskins to tanners and shoemakers in the Basque Country. The seal trade reveals links with other industries, such as the tanneries and the export of treated skins as far afield as Portugal. It also provides a historical context for the oral tradition found in the Basque Country about the relations between Basques and Inuit, and it appears as a precursor of the sedentary seal hunt practised in New France in the 17th and 18th centuries.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1042790ar